Parasaurolophus

Proche du lézard à crête

Le Parasaurolophus dans une reconstitution de l'environnement de la formation Kaiparowits, par Raúl Martín.
Classification Ornithischiens ▸ Hadrosauridés
Époque Crétacé sup. (76-73 Ma.)
Taille adulte 10 m long - 6 m haut
Poids 3 à 5 tonnes environ
Répartition Amérique Nord
Régime
alimentaire
Herbivore
Date de sa découverte ? (décrit en 1922)
320
151 635
Wiki

Parasaurolophus est un dinosaure herbivore, du groupe des ornithopodes hadrosaures, les fameux dinosaures à bec de canard. Et comme les autres lambéosaurinés, il possédait une crête osseuse flamboyante surmontant une tête haute, en dôme. Mais Parasaurolophus possède la plus grande crête, puisqu'elle atteignait plus de 1,8 mètre de long.

Reconstitution du squelette du Parasaurolophus walkeri, par Scott Hartman.
Squelette d'un Parasaurolophus juvénile, par Scott Hartman. Le spécimen, RAM 14000, mesurait 2,5 mètres de long et devait être dans sa première année. On remarque que la crête commence tout juste à se développer.

Une crête bruyante

On a suggéré que la crête du Parasaurolophus pouvait par exemple se comporter comme une sorte de tuba, mais cela est impossible, puisque l'extrémité de la crête est fermée, en contact avec la cavité nasale et la gorge. Et aucune preuve ne vient confirmer le mode de vie amphibie de Parasaurolophus.

L'air respiré à travers le nez devait ainsi passer par des canaux circulant dans la crête, formant une sorte d'instrument à vent. Les sons produits par les Parasaurolophus étaient donc un formidable moyen de communication. Chaque individu devait produire un son différent, permettant d'échanger toutes sortes d'informations, sur une grande distance: alerte de la horde lorsqu'un prédateur approche, reconnaissance des enfants et de leurs parents, hiérarchie sociale. Peut-être que le mâle dominant avait la crête la plus grande et émettre un son plus fort pour se faire respecter.

La forêt d'Amérique du Nord, au crétacé, devait donc résonner de mille cris: de la corne de brume des lambéosaurinés aux sons de trompette produits par les cavités nasales de leurs proches cousins, les hadrosaurinés. D'une manière plus générale, il est tout de même difficile de dire si les dinosaures produisaient des sons. La plupart des bruits d'un animal sont en effet l'œuvre de ses poumons, de sa gorge et de ses cordes vocales - autant de parties molles qui ne sont pas fossilisées.

Une crête utilisée lors des parades

Une crête multicolore ?
Une vue artistique montrant le possible dimorphisme sexuel chez Parasaurolophus: le mâle est au premier plan, avec une crête plus importante et plus colorée.

La crête du Parasaurolophus devait certainement servir de signal sexuel. Une membrane de peau pouvait relier la crête à son dos; l'ensemble devait se parer de couleurs chatoyantes lors de la période des amours. D'ailleurs, il semblerait que les crêtes des mâles et des femelles aient été différentes. Il pourrait s'agir d'un attribut lié à une sélection sexuelle. Le fait que la crête se développe pendant toute la croissance de l'individu est d'ailleurs un argument qui plaide en faveur d'un rôle lors des comportements sexuels. Par contre, il n'y a pas de trace que la crête ait servi lors de combats entre mâles.

Ainsi, cette crête originale servait de signaux visuels et sonores, essentiels pour la vie sociale des Parasaurolophus.

Contrairement à la plupart des représentations de ce dinosaure, l'échine de Parasaurolophus comportait une encoche, derrière les épaules, à l'endroit où la pointe de la crête devait buter contre le dos quand l'animal tenait le cou en S, comme cela lui était sans doute naturel.

Un groupe de dinosaures incontournable au crétacé

La grande famille des Hadrosaures, ou dinosaures "à bec de canard" est le groupe d'ornithopodes les plus divers et les plus florissants du crétacé supérieur. Il n'est pas rare d'en trouver trois ou quatre espèces différentes se côtoyant dans une même formation géologique, et ils devaient se déplacer en grands troupeaux mêlés, comme aujourd'hui les antilopes en Afrique. Ils pouvaient être bipèdes ou quadrupèdes, donc se déplacer sur deux ou quatre pattes.

Leur bec était édenté, mais ils possédaient de nombreuses dents jugales à remplacement continu et une articulation au niveau de la joue broyant les plantes dans la bouche, ce qui permettait d'attaquer les plantes les plus coriaces. Au contraire des mammifères, chez qui la mastication est la première étape de la digestion, les reptiles ne mâchent généralement pas leur nourriture, qu'ils se contentent d'avaler. Les hadrosaures, comme les autres ornithopodes, pouvaient mâcher leur nourriture et cela contribua sans doute à leur succès.

Taxonomie

Trois espèces valides composent le genre Parasaurolophus:

  • Parasaurolophus walkeri, l'espèce-type, décrite en 1922 et possédant la crête la plus grande.
  • Parasaurolophus tubicen, décrit en 1931.
  • Parasaurolophus cyrtocristatus, décrit en 1961, il possède la crête la plus petite.

"Parasaurolophus jiayinensis": correspond sans doute à Charonosaurus.