[2022] Brèves de l'actualité des dinosaures

Discussion: 67 047 7 Dernière réponse

Posté par

La grosse publication de synthèse sur le fameux site d'Angeac-Charente vient d'être publiée:

PDF - DOI



Concernant le recensement des dinosaures, il n'y a pas de nouveauté par rapport à l'article de Lee Rozada dont je vous avais parlé en 2021.
Les 4 groupes les plus représentés dans les macrorestes identifiés sont:

- les Théropodes (près de 4000 ossements!)
- les Crocodiliformes (plus de 1200 ossements)
- les Sauropodes (près de 1000 ossements)
- les Tortues (près de 900 ossements).

Dans les microrestes ont été identifiés plus de 10 000 fossiles de poissons Actinoptérygiens, mais également des ptérosaures, mammifères, crocodiles, amphibiens, Chondrichtyens (poissons cartilagineux), etc.

Liste des dinosaures identifiés:
* ORNITHISCHIA
- Heterodontosauridae: Echinodon sp. (2 dents)
- Hypsilophodontidae indet. (quelques dents)

* IGUANODONTIA
- Camptosauridae indet. (1 dent et 1 fémur)

* ANKYLOSAURIA
- Ankylosauria indet. (1 dent et 1 ostéoderme)

* STEGOSAURIA
- Dacentrurinae Dacentrurus sp. (nombreuses vertèbres et côtes, quelques phalanges et ossements crâniens + 1 dent)

* SAUROPODA
- Turiasauria indet. (le sauropode aux fémurs géants et aux nombreux fossiles: 146 dents et 784 ossements... sans compter des moulages d'empreintes)
- Macronaria indet. (2 dents)

* THEROPODA
- Megalosauridae? indet. (uniquement des dents, à la phylogénbie incertaine)
- Ornithomimosauria indet. (le fameux Mimo, dont au moins 44 individus sont recensés et 4000 macrorestes)
- Tyrannosauroidea indet. (quelques dents)
- Dromaeosauridae cf. Nuthetes sp. (quelques dents)

* AVES
- Archaeopterygidae indet. (au moins 5 dents dont 1 complète)

Pour Mimo, un certain nombre de caractéristiques sont notées:
- c'est un représentant d'un groupe qui jusqu'à présent était inconnu en Europe au début du Crétacé
- c'est sans doute le plus vieil ornithomimosaure
- il est très proche anatomiquement de Limusaurus, un théropode chinois du Jurassique sup., mais qui a été décrit comme un cératosaurien. Cependant, le rattachement de Mimo aux ornithomimosaures ne fait aucun doute.

Il reste maintenant à attendre la description des nouvelles espèces, mais ce ne sera pas pour tout de suite...

L'âge Berriasien (1er étage du Crétacé, 145 à 140 millions d'années) est confirmé, ce qui étend la répartition temporelle de certains groupes, comme les Archaeopterygidae qui n'étaient connus qu'au Jurassique.

Les sites de Chassiron, Cherves et Angeac sont complémentaires. Du + ancien au + récent, ils montrent un changement paléoécologique (régression marine à la frontière Jurassique-Crétacé) et une succession de groupes fossiles. La plupart des espèces est typique des espèces européennes de cette époque, avec quelques affinités africaines, mais sans aucun lien avéré avec la faune asiatique.
Enfin, sur les 38 taxons de vertébrés identifiés dans ces 3 localités, aucun n'a subi d'extinction à la frontière Jurassique-Crétacé (sauf les ptérosaures).

Allain R., Vullo R., Rozada L., Anquetin J., Bourgeais R., Goedert J., Lasseron M., Martin J. E., Pérez-García A., Peyre De Fabrègues C., Royo-Torres R., Augier D., Bailly G., Cazes L., Despres Y., Gailliègue A., Gomez B., Goussard F., Lenglet T., Vacant R., Mazan & Tournepiche J.-F. 2022. — Vertebrate paleobiodiversity of the Early Cretaceous (Berriasian) Angeac-Charente Lagerstätte (southwestern France): implications for continental faunal turnover at the J/K boundary. Geodiversitas 44 (25): 683-752.

Résumé (Abstract) en français:
Paléobiodiversité des vertébrés du Lagerstätte du Crétacé inférieur (Berriasien) d’Angeac-Charente (sud-ouest de la France), implications pour le renouvellement faunique continental à la limite J/K.
La faune de vertébrés continentaux, représentée à la fois par des macro- et des microrestes, du Berriasien d’Angeac-Charente est décrite ici. Cette faune riche et diversifiée comprend au moins 38 taxons différents de vertébrés provenant de tous les grands clades et est constituée de plus de 50 000 spécimens. Le gisement d’Angeac-Charente est le plus diversifié des bonebeds mixtes et le seul Lagerstätte continental du Crétacé connu à ce jour dans le monde. Il donne une bonne image de la paléocommunauté purbeckienne. Cette dernière comprend des taxons remarquables tels qu’un nouvel ornithomimosaure, un grand turiasaure, une tortue hélochelydride et de nombreux mammifères. La faune d’Angeac-Charente présente avant tout un cachet purbeckien. De nombreux genres et espèces exclusivement européens appartiennent à des familles dont la répartition paléogéographique est essentiellement laurasiatique. Certains taxons suggèrent néanmoins des événements de dispersion entre l’Afrique et l’Europe à la transition Jurassique/Crétacé. Les faunes charentaises des gisements de Chassiron (Tithonien), de Cherves-de-Cognac (Berriasien) et d’Angeac-Charente améliorent nos connaissances sur l’évolution des faunes continentales à la transition Jurassique-Crétacé. Plutôt que de refléter un important renouvellement faunistique entre le Tithonien et le Berriasien, elles enregistrent les changements environnementaux liés à la régression globale qui caractérise la fin du Jurassique.

Posté par

Cet été, au mois d'août a été annoncé la découverte d'un squelette de sauropode au Portugal, près de la ville de Pombal.
Les premiers ossements ont été découverts en 2017, quand un habitant de cette région a creusé la terre avec une pelleteuse pour construire une annexe dans sa propriété...
Les fouilles de cet été ont permis de dégager la cage thoracique, avec les ossements en connexion anatomique, dont une côte de 3 mètres de long. Il s'agit donc d'une découverte exceptionnelle, d'autant plus qu'il y a là sans doute le reste du squelette complet. Il faudra attendre d'autres campagnes de fouilles pour le vérifier.



On sait que le fossile fait partie du groupe des brachiosaures et date du Jurassique supérieur. Étant donné la localisation de la découverte, on peut donc parier sur un squelette de Lusotitan atalaiensis (anciennement rattaché au genre Brachiosaurus), de la formation Bombarral. Un bestiau de 25 mètres de long, 12 mètres de haut, pour environ 30 tonnes.

Géologie de la région:

Annonce en anglais

----------
Edité le 30/08/2022 à 14:25 par Webmaster

Posté par

Découverte du plus ancien dinosaure africain, Mbiresaurus raathi gen. et sp. nov.
Il s'agit d'un Sauropodomorpha, dont les restes ont été découverts au Zimbabwe à partir de 2017.



Il date du Carnien, donc du trias supérieur, la période qui a vu les premiers dinosaures se répandre sur terre.
La faune découverte en Afrique est similaire à celle d'Amérique du Sud et d'Inde de cette époque, lorsque les continents sont encore réunis en un supercontinent, la Pangée.



On a donc la confirmation que les dinosaures sont apparus dans l'hémisphère sud et se sont dispersés le long d'une même latitude. Aujourd'hui, cette latitude serait proche du cercle polaire, mais au trias, le climat général était beaucoup plus chaud et il n'y avait pas de glaciers, l'environnement devait être idéal pour un grand nombre d'espèces.

Les dinosaures ont ensuite colonisé tous les continents, mais on voit que dans un premier temps, ils se sont restreints à une grande région tempérée. Pour passer vers l'hémisphère nord, il y a en effet à ce moment-là plusieurs barrières: une chaîne de montagnes centrée sur l'équateur et de grands déserts de part et d'autre.

Reconstitution du dinosaure découvert:



Référence: Christopher T. Griffin et al. (2022) Africa’s Oldest Dinosaurs reveal early Suppression of Dinosaur Distribution. Nature. DOI: 10.1038/s41586-022-05133-x

Posté par

Une étude à paraître sur l'ornithomimosaure d'Angeac-Charente ("MIMO").

On savait déjà que des dizaines d'individus avaient été découverts, fossilisés ensemble. On ne sait pas encore le nom exact de l'espèce, mais cette profusion d'ossements permet des études intéressantes sur la variabilité individuelle des dinosaures d'une même espèce.

Cette fois-ci, ce sont les fémurs qui ont été scannés en 3D et étudiés. Résultat, deux morphotypes se dégagent, quand on regarde la courbure du fémur et la forme de sa base (épiphyse), indépendamment des variations de taille. Confirmation de ce qui avait déjà été repéré sur le terrain.



Or, on connait des variations similaires entre mâles et femelles par exemple chez les oiseaux et les crocodiles actuels. On peut donc dire qu'on a certainement affaire ici chez les ornithomimosaures à un dimorphisme sexuel.

Il restera à poursuivre avec une étude paléohistologique et des analyses géochimiques des ossements, pour confirmer que chaque morphotype correspond bien à un sexe.

D'autre part, le sex-ratio, c'est-à-dire la proportion entre ces deux formes et donc entre mâles et femelles est de 1:1, il y a un équilibre entre le nombre de mâles et de femelles. Cela restera à expliquer et à comparer avec l'âge des individus.

L'article est pour l'instant en pré-print, cela veut dire qu'il n'est pas encore définitif et n'a pas subi une révision en peer-review.

Référence: Femora from an exceptionally large population of coeval ornithomimosaurs yield evidence of sexual dimorphism in extinct theropod dinosaurs. R. Pintore, R. Cornette, A. Houssaye, R. Allain. bioRxiv 2022.09.20.508522. DOI.

On peut aussi imaginer maintenant des couleurs différentes entre mâles et femelles...



Vidéo Youtube

Posté par

Petit rattrapage de certaines découvertes 2022:

- Une patte de mammifère dans l'estomac d'un Microraptor

- La queue des sauropodes n'atteignait sans doute pas la vitesse du son lorsqu'ils s'en servaient comme un fouet

- Patagopelta cristata, un nouveau dinosaure nain découvert en Argentine (Ankylosaure Nodosauridae)

- Une momie de l'hadrosaure Edmontosaurus exceptionnellement conservée, avec des traces de morsures et un nouveau type de momification

- Des empreintes de dinosaures retrouvées dans une région avec des lacs gelés à la fin du Trias au nord-ouest de la Chine, il y a environ 200 millions d’années, à une latitude au-delà du cercle polaire arctique. Un probable indice de l'avantage d'avoir des plumes pour les dinosaures, par rapport à d'autres groupes qui ont disparu à cette époque?

- Il n'y a qu'une seule espèce de T.rex et non pas trois, contrairement à ce qui a été affirmé de manière trop rapide (Tyrannosaurus imperator, Tyrannosaurus regina et Tyrannosaurus rex): les variations mineures entre spécimens ne sont pas suffisantes pour en faire des espèces différentes...

Posté par

- Nouvelle espèce de dinosaure: Arackar licanantay, la 3e espèce du Chili est un sauropode titanosaure du Crétacé sup.

- Nouveau droméosaure Halszkaraptorinae: Natovenator polydontus. La morphologie fait penser à un animal semi-aquatique, avec la forme de son corps fuselé ressemblant à un pingouin ou un canard, et ses pattes palmées. Le bec à dents montre un régime carnivore. Il a vécu au Crétacé sup. et a été découvert en 2008 dans ce qui est aujourd'hui le désert de Gobi. Il permet de confirmer l'hypothèse de vie semi-aquatique de l'Halszkaraptor. Un bon complément à la question publiée récemment: Est-ce que des dinosaures marins ont existé?

- Daspletosaurus wilsoni: nouvelle espèce du groupe des tyrannosaurinés. Il a vécu presque 10 millions d'années avant le T.rex.

- Meraxes gigas: nouveau carcharodontosauridé très bien conservé, du Crétacé sup d'Argentine. Une morphologie similaire au T.rex avec son énorme crâne et ses petits bras, un cas d'évolution convergente.

- Maip macrothorax: un nouveau mégaraptoridé de grande taille, découvert en Argentine à la fin du Crétacé (Maastrichtien).

- Un bout de tibia découvert en Argentine du Crétacé sup appartenait sans doute à un allosauroïde.

Posté par

On poursuit le rattrapage de 2022, en attendant les premières découvertes de 2023:

- Nouvelle étude sur le Spinosaurus, vu comme un dinosaure semi-aquatique.

- Des restes d'un spinosauridé découvert en Grande-Bretagne (Île de Wight) appartenaient au plus grand carnivore jamais découvert en Europe (plus de 10 mètres de long). Restes post-crâniens, trop fragmentaires encore pour savoir le nom de son espèce. Crétacé inf. (formation Vectis).

- Vectiraptor greeni, gen. et sp. nov.: nouveau droméosaure (sans doute du groupe des Eudromaeosauria) découvert en Grande-Bretagne (Île de Wight) dans la formation Wessex du Crétacé inf. (Barrémien), couche juste en-dessous de la formation Vectis. Matériel très fragmentaire (2 vertèbres et un sacrum partiels), appartenant à un individu de 2,5 à 3 mètres de long, de sans doute moins d'une dizaine d'années. Il est assez différent des espèces françaises Variraptor et Pyroraptor, qui sont vues par les auteurs comme membres probables des Unenlagiinae.

- Une vertèbre caudale confirme la présence d'un Abelisauridae en Egypte (formation Bahariya du Crétacé).

- Zuul crurivastator: l'ankylosaure dont la peau et les ostéodermes ont été exceptionnellement conservés montre des traces de combat avec d'autres congénères.

- Yuxisaurus kopchicki: nouveau dinosaure thyréophore basal, du début Jurassique de Chine, avec de nombreux éléments osseux découverts, dont 120 ostéodermes. Il avait été prépublié en 2021.

- Transylvanosaurus platycephalus: nouveau Rhabdodontidae nain du Crétacé sup. de Roumanie (Bassin de Haţeg).


- Paralitherizinosaurus japonicus, un nouveau thérizinosaure japonais, décrit à partir de quelques ossements (vertèbre et main partiels dont une partie a été précédemment décrite en 2008).

- Jakapil kaniukura, un nouveau petit thyréophore basal, le 1er d'Argentine, du Crétacé sup.

- Un bonebed de Lesothosaurus diagnosticus en Afrique du sud montre que cet ornithischien vivait en groupe. Il atteignait sa taille adulte vers l'âge de 6 ans, mais sans arrêter complètement sa croissance après.

- Bashanosaurus primitivus, l'un des premiers stégosaures, vivait en Chine au milieu du Jurassique (Bajocien).