Telmatosaurus

De Paleowiki
Aller à : navigation, rechercher

Fiche descriptive

¤ Etymologie du nom: "Lézard des marais"

¤ Position dans la classification: Hadrosauroidea -

¤ Eres géologiques: Crétacé supérieur (Maastrichtien inférieur: ~ 70 à 68 millions d’années).

¤ Taille estimée: 4 m long

¤ Poids estimé:

¤ Régime alimentaire: herbivore

¤ Répartition géographique: Formation Sâmpetru, (Roumanie).

¤ Découvert en: 1895


Les différentes espèces

L’adjectif spécifique fait référence à la Transylvanie, région le l’ouest de la Roumanie où fut trouvé le spécimen.


Synonyme junior :

Limnosaurus transsylvanicus, Nopsca, F., 1900

Hecatasaurus transsylvanicus, Brown, B., 1910

Orthomerus transsylvanus, Nopsca, F., 1915


Inventaire des fossiles retrouvés

  • BMNH R.3386, Lectotype, un crâne presque complet mais mal conservé.
  • BMNH R.3387 (une boîte cranienne d’un petit spécimen) et BMNH R.3388 (un maxillaire gauche). De nombreux éléments postcrâniens ont aussi été attribués à Telmatosaurus mais certains appartiennent en fait au rhabdodontide Zalmoxes et d’autres ne peuvent être attribués avec certitudes à Telmatosaurus.

Caractères propres à ce dinosaure

  • C’est en 1895 que Ilona Nopsca apporta un crâne de dinosaure à son frère le Baron Ferenc Nopsca. Ce crâne fut découvert (probablement par des paysans) sur les terres de la famille Nopsca, dans la vallée de Sibisel en Transylvanie dans l’ouest de la Roumanie (un territoire qui à l’époque faisait partie de l’Empire Austro-Hongrois). En 1900, Ferenc Nopsca décrivit l’animal sous le nom de Limnosaurus transsylvanicus mais le genre étant déjà occupé par un crocodyliforme, Nopsca en 1903 renomma son dinosaure Telmatosaurus. En 1910, Barnum Brown ignorant que Nopsca avait déjà renommé l’animal proposa le nom d’Hecatasaurus, lequel est bien sûr devenu un synonyme junior de Telmatosaurus. Plus tard en 1915, à la suite de la découverte de nouveaux spécimens (essentiellement des restes postcrâniens) Nopsca considéra Telmatosaurus comme un synonyme d’Orthomerus, un animal décrit en 1883 par Seeley à partir de quelques os des membres trouvés aux Pays-Bas. Orthomerus est aujourd’hui considéré comme un nomen dubium, ses restes n’étant pas diagnostiques, aussi le nom valide de l’hadrosaure roumain est bien Telmatosaurus. A l’origine, Nopsca ne désigna pas d’holotype pour le matériel roumain et c’est seulement en 1993, que Weishampel et al. désignèrent un lectotype à savoir le crâne presque complet de l’animal..
  • Telmatosaurus a été décrit initialement comme un Hadrosauridae et comme l’un des rares dinosaures d’Europe à avoir vécu au moment de l’extinction de masse du Maastrichtien supérieur. Des études récentes (Therrien et al., 2002 ; Therrien, 2005 ; Panaiotu et Panaiotu, 2002 ; Van Ittenbeeck et al., 2005) ont montrées que les sites à dinosaures du Crétacé supérieur de Roumanie étaient en fait un peu plus ancien qu’on ne le pensait (Maastrichtien inférieur à début du Maastrichtien supérieur : ~ 70 à 68 millions d’années). Le terme d’hadrosaure est un peu imprécis, actuellement on parle plutôt d’hadrosauroïdes dont tous les représentants sont plus dérivés que des animaux du type Iguanodon. Parmi les hadrosauroïdes, ont trouve des animaux très dérivés comme les Hadrosauridae mais aussi des formes plus archaïques comme justement Telmatosaurus, de tels animaux étant des hadrosauroïdes basaux.
  • Telmatosaurus n’est représenté avec certitude que par le crâne presque complet constituant le lectotype, ainsi que par une boîte crânienne et un maxillaire isolé. Les autres ossements d’hadrosauroïdes roumains ne peuvent pas être attribués avec certitudes à la même espèce que le crâne. L’association des divers restes postcrâniens avec le crâne n’est pas évidente du tout, de même que l’origine stratigraphique de tous les spécimens connus, mais d’après la couleur et l’état de conservations différents des ossements, ils proviennent certainement de plusieurs sites appartenant à plusieurs formations géologiques d’âge divers. A la fin du XXème siècle et encore récemment, on avait tendance à attribuer à Telmatosaurus tous les restes d’hadrosauroïdes découverts dans le Crétacé supérieur d’Europe (notamment les spécimens trouvés dans le sud de la France et en Espagne). On sait aujourd’hui que ces hadrosauroïdes sont différents du Telmatosaurus roumain. En Roumanie également, tous les restes d’hadrosauroïdes découverts furent attribués à Telmatosaurus mais la réalité et sans doute un peu plus compliqué. Selon Dalla Vecchia (2009a), certains spécimens attribués à Telmatosaurus semblent différents et indiquent l’existence probable d’au moins deux hadrosauroïdes distincts dans le Maastrichtien de Roumanie (à en juger par les différences de morphologies entre diverses dents et os crâniens isolés avec les éléments correspondant du lectotype de Telmatosaurus). Cela rend hasardeux l’attribution à Telmatosaurus d’ossements postcrâniens isolés puisque ceux-ci peuvent appartenir à deux espèces différentes.
  • Le crâne du Telmatosaurus est apparemment dans un état de conservation plus médiocre que ne le laissait supposer les figures présentées par Nopsca en 1900 (lesquelles peuvent être comparées aux photos des mêmes éléments crâniens dans la galerie d’images). Ce crâne est un peu écrasé mais est presque complet, il manque le prédentaire, les préfrontaux, la partie arrière du jugal et du quadratojugal, le processus postorbitaire du squamosal et le processus squamosal du postorbitaire. La morphologie de ce crâne, plutôt long et bas, rappelle ce que l’on observe chez les autres hadrosauroïdes basaux tel que son proche parent Tethyshadros. Telmatosaurus diffère de ce dernier par de nombreux caractères tels que (entre autres) des fosses supratemporales de plus grandes tailles, des frontaux plus massifs, des carrés plutôt rectilignes (ils sont plus courbés chez Tethyshadros), un prémaxillaire terminé par de très court denticules inclinés vers le bas (chez Tethyshadros, le prémaxillaire se prolonge par de long denticules horizontaux) et des dents du dentaire dont la partie supérieure de la couronne est inclinée, et des denticules marginaux plus prononcés.

Reconstitution de la vie de ce dinosaure

  • Telmatosaurus était de taille relativement modeste pour un hadrosaure (environ 4 m de long) et il est supposé que cette petite taille est à mettre en relation avec l’environnement insulaire dans lequel évoluait l’animal. En effet, Telmatosaurus vivait sur une île (appelée île d’Hateg ou île transylvanienne) dont on ne connaît pas très bien les dimensions. Diverses études ont données une superficie allant de 7500 km² à 200 000 km² (Dercourt et al., 1993, 2000). Plus récemment, Benton et al. (2010) estime la superficie de l’île à environ 80 000 km² en considérant que cette île n’incluait pas seulement l’actuel bassin d’Hateg, mais également le basin transylvanien et autres régions voisines ayant conservées des dépôts continentaux du Maastrichtien. Quoi qu’il en soit, la superficie de cette île ne pouvait sans doute pas subvenir aux besoins alimentaires de dinosaures appartenant à des groupes dont la taille normale est de 10 m ou plus. Avec le temps, nombres de dinosaures de cette île sont devenus plus petits que leurs cousins du continent. C’est aussi le cas d’hadrosaures d’autres îles de l’archipel européen tel que Tethyshadros en Italie (qui vivait sur l’île Adriatique-Dinarique), Arenysaurus, Blasisaurus et Pararhabdodon en Espagne, et Canardia dans le sud de la France, quatre genres qui vivaient sur l’île Ibero-occitane. Sur l’île d’Hateg (prononcé Hatzeg), Telmatosaurus cohabitait avec d’autres dinosaures de petites tailles tels que les titanosaures Magyarosaurus dacus et Paludititan nalatzensis et l’ankylosaure Struthiosaurus transsylvanicus. On trouvait toutefois aussi des dinosaures de tailles normales par rapport au standard de leur groupe respectif car il s’agit de dinosaures déjà de dimensions modestes. C’est le cas des ornithopodes Rhabdodontidae Zalmoxes robustus et Z. shqiperorum (Ősi et al., 2012) et des théropodes comme le dromaeosauridé Balaur bondoc (Csiki et al., 2010, Brusatte et al., 2013). Ces dinosaures étaient accompagnés par tout un cortège de tortues, crocodiles, amphibiens, lézards et ptérosaures comme le gigantesque Hatzegopteryx.

Galerie d'images

Actualité de ce dinosaure

Publications

  • Seeley H.G. (1883) - On the dinosaurs from the Maastricht beds. Q.J.Geol. Soc. London, v. 39, pp. 246-253, London.
  • Nopcsa, F. (1900) Dinosaurierreste aus Siebenbürgen (Schädel von Limnosaurus transsylvanicus nov. gen. et spec.), Denkschriften der Kaiserlichen Akademie der Wissenschaften. Mathematisch-Naturwissenschaftliche Classe 68: 555-591
  • Nopcsa, F. (1903) Telmatosaurus, new name for the dinosaur Limnosaurus, Geological Magazine, decade 4 10: 94-95
  • Brown, B. (1910) The Cretaceous Ojo Alamo beds of New Mexico with description of the new dinosaur genus Kritosaurus, Bulletin of the American Museum of Natural History 28(24): 267-274
  • Nopcsa, F. (1915) Die dinosaurier der Siebenbürgischen landesteile Ungarns, Mitteilungen aus dem Jahrbuche der Königlich-Ungarischen Geologischen Reichsanstalt 23: 1-24
  • Weishampel D.B., Norman D.B. & Grigorescu D. (1993) Telmatosaurus transsylvanicus from the Late Cretaceous of Romania : the most basal hadrosaurid dinosaur. Palaeontology, v. 36, pp. 361-385; London.
  • Dercourt, J., Ricou, L.E., Vrielynck, B. (Eds.), 1993. Atlas Tethys Paleoenvironmental Maps. BEICIP-FRANLAB, Rueil-Malmaison.
  • Dercourt, J., Gaetani, M., Vrielynck, B., Barrier, E., Biju-Duval, B., Brunet, M., Cadet, J.P., Crasquin, S., Săndulescu, N., (Eds.) 2000. Atlas peri-Tethys, palaeogeographical maps. CCGM/CGMW, Paris, 269 pp.
  • Panaiotu C. & Panaiotu C. (2002) – Palaeomagnetic studies. In: The 7th European Workshop of Vertebrate Palaeontology. Abstract volume, Excursion Field Guide, p. 59, Sibiu.
  • Therrien F., Jianu C.-M., Scarlat B., Weishampel D.B., King J.W. (2002) – Paleoenvironment reconstruction of latest Cretaceous dinosaur bearing formations of Romania: preliminary results. Sargetia, v. 19, pp. 33-59, Deva.
  • Therrien F. (2005) - Palaeoenvironment of the latest Cretaceous (Maastrichtian) dinosaurs of Romania: insights from fluvial deposits and paleosols of the Transylvanian and Hateg basins. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, v. 218, pp. 15-56, Amsterdam.
  • Van Itterbeeck J., Marchevich V.S. & Codrea V. (2005) - Palynostratigraphy of the Maastrichtian dinosaur - and mammal sites of the Râul Mare and Barbat Valleys (Hateg Basin, Romania). Geol. Carpathica, v. 56(2), pp. 137-147.
  • Dalla Vecchia, F.M. (2006) Telmatosaurus and the other hadrosaurids of the Cretaceous European Archipelago. An overview, Natura Nascosta 32: 1-55.
  • Dalla Vecchia, F.M. (2009a) European hadrosauroids. Actas de las IV Jornadas Internacionales sobre Paleontologia de Dinosaurios y su Entorno 45-74.
  • Dalla Vecchia, F.M. (2009b) Telmatosaurus and the other hadrosauroids of the Cretaceous European Archipelago. An update. Natura Nascosta 39: 1-18.
  • Benton, M.J., et al. 2010. Dinosaurs and the island rule: the dwarfed dinosaurs from Hateg Island. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology 293: 438–454.
  • Csiki, Z., M. Vremir, S.L. Brusatte, and M.A. Norell. 2010. An aberrant island-dwelling theropod dinosaur from the Late Cretaceous of Romania. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America 107 (35): 15357–15361.
  • Ősi A, Prondvai E, Butler R, Weishampel DB (2012) Phylogeny, Histology and Inferred Body Size Evolution in a New Rhabdodontid Dinosaur from the Late Cretaceous of Hungary. PLoS ONE 7(9): e44318. doi:10.1371/journal.pone.0044318
  • Stephen L. Brusatte, Mátyás Vremir, Zoltán Csiki-Sava, Alan H. Turner, Akinobu Watanabe, Gregory M. Erickson, and Mark A. Norell (2013) The Osteology of Balaur bondoc, an Island-Dwelling Dromaeosaurid (Dinosauria: Theropoda) from the Late Cretaceous of Romania. Bulletin of the American Museum of Natural History Number 374 :1-100.