Dérive génétique

Discussion: 12 835 8 Dernière réponse

Posté par

J'ai toujours un peu de mal avec ce concept, quelqu'un pourrait-il éclairer ma chandelle ?

Posté par

C'est le phénomène de variations de fréquence des allèles, présent dans les petites populations.

Une explication plus claire : Tu as une population, avec pas beaucoup d'individus (c'est important). Pas de migrations, pas de mutations, pas de sélection : on va dire qu'elle vit en vase clos, sans prédateurs ou maladies, etc. Dans cette population, un allèle X est présent chez certains individus, mais pas très répandu (ça ira plus vite pour l'explication). A la génération suivante, il est possible que les individus porteurs de l'allèle ne l'ont pas transmis (ils n'ont pas eu de descendant ou pas de chance celui-ci ne porte pas l'allèle). Résultat : à la génération suivante, l'allèle X est moins répandu qu'à la génération précédente = sa fréquence a diminué.
De générations en générations, l'allèle X peut même disparaître complètement de la population. Dans d'autres cas, ce peut être l'inverse et il peut devenir majoritaire. Vu que c'est dû au hasard, la fréquence de l'allèle X peut aussi bien augmenter que diminuer.

C'est pour éviter l'effet de dérive génétique qu'on travaille souvent avec des populations "infiniment" grandes dans les exercices de génétique, et qu'une grande population est un des principes d'Hardy-Weinberg (que je suppose tu as déjà vu).

Exemple sur un site (c'est toujours gai de simuler ce genre de trucs) : http://darwin.eeb.uconn.edu/simulations/drift.html
Tu prends N = 1000 sur 100 générations. Essaie les 3 fréquences possibles (p=0.1 , =0.5 et 0.9). La fréquence reste +/- la même durant les 100 générations OK ?
Tu prends N = 50 maintenant et tu réessaies... ou N = 25. Les variations de fréquence sont beaucoup plus fortes, et l'allèle peut soit disparaître (p=0) soit être présent chez tous les individus (p=1), et ce au bout de quelques dizaines de générations.

Posté par

Effectivement la courbe n'a pas du tout la même allure avec une population de 50 et 1000 individus ! Et non, Hardy-Weinberg, ça ne me dit rien, qu'est-ce-que s'est ?

Merci pour ton aide en tout cas Tikémi

Posté par

Comme tu posais une question sur la dérive génétique, j'imaginais que tu avais déjà vu Hardy-Weinberg.

Hardy et Weinberg ont émis un postulat, très utilisé dans les exercices de génétique. Ce postulat dit que la fréquence des allèles ne varie pas d'une génération à l'autre, mais pour cela la population doit répondre à 5 critères :
- être très très grande
- panmixie (pas de sélection sexuelle)
- pas de sélection
- pas de mutation
- pas de migration ni émigration
C'est une situation théorique évidemment mais ça rend les exercices faisables

Posté par

Ah d'accord ! Merci beaucoup, c'est drôle car ce matin en SVT on a travaillé sur un logiciel étrangement similaire au lien que tu as posté...

Posté par

La dérive génétique argumente de nombreux travaux sur l'évolution de Stephen Jay Gould et permet une meilleure compréhension des travaux d' Emmanuel Fara et Arnaud Brayard. A la génétique et l'évolution des éspèces:un sujet fort intéressant mais également fort complexe.
On est encore loin de maitriser son fonctionnement(la je pense à notre cher Horner il est ou son chickenosaurus? ).

Posté par

Au fait, il est des livres qui pourront t'intéresser:
- Il était une fois l'évolution (Richards Dawkins)
- Sur les épaules de darwin (du talentueux Jean Claude Aneisen qui est l'animateur de l émission sur France inter qui porte le même nom que son ouvrage)

Posté par

Je te remercie j'essaierai de me procurer au moins l'un d'entre eux Et comment puis-je mettre la main sur ces travaux cités un peu plus haut ?