[2011] Brèves paléontologiques générales

Discussion verrouillée
9 770 136 Dernière réponse

Posté par

Felipe L. Pinheiro, Daniel C. Fortier, Cesar L. Schultz, José Artur F.G. De Andrade, and Renan A.M. Bantim (2011) New information on Tupandactylus imperator, with comments on the relationships of Tapejaridae (Pterosauria) Acta Palaeontologica Polonica in press

http://www.app.pan.pl/archive/published/app56/app20100057_acc.pdf

Posté par

Il y a beaucoup de ses fossiles qui dorment dans le caves du Brésil et des beaux!! j'ai la chance d'en connaître quelques uns mais je ne travaille pas sur les tapejaridae.

Posté par

The bizarre wing of the Jamaican flightless ibis Xenicibis xympithecus: a unique vertebrate adaptation
Nicholas R. Longrich and Storrs L. Olson
Proceedings of the Royal Society B. published online 5 January 2011 doi: 10.1098/rspb.2010.2117
Pdf : <A HREF="http://rspb.royalsocietypublishing.org/content/early/2011/01/03/rspb.2010.2117.full.pdf" target=_middle>ICI</A>

Birds have frequently evolved to exploit insular environments by becoming adapted to a terrestrial lifestyle and losing the ability to fly, usually via reducing the wings and pectoral girdle. The enigmatic flightless ibis Xenicibis xympithecus(Threskiornithidae) from the Quaternary of Jamaica provides a rare example of flight loss in ibises. We report on previously undescribed fossils of Xenicibis, and show that the wing differed radically from that of all other birds, flightless or volant. The metacarpus is elongate, grotesquely inflated and has extremely thick walls; phalanges are short and block-like; the radius is distally expanded; and the humerus is elongate. The furcula, coracoid and sternum are all well developed. We propose that the elongate forelimb and massive hand functioned in combat as a jointed club or flail. This hypothesis is supported by the morphology of the carpometacarpus, by features permitting rapid extension of the wing and by the presence of fractures in wing bones. Although other birds use the wings as weapons, none resemble Xenicibis, which represents a unique and extraordinary morphological solution to this functional problem. Xenicibisstrikingly illustrates how similar selective pressures, acting on a similar starting point, can result in novel outcomes.

Posté par

The Role of Ammonites in the Mesozoic Marine Food Web Revealed by Jaw Preservation

Isabelle Kruta, Neil Landman, Isabelle Rouget, Fabrizio Cecca, Paul Tafforeau

Science 7 January 2011:
Vol. 331 no. 6013 pp. 70-72
DOI: 10.1126/science.1198793

Ammonites are prominent in macroevolutionary studies because of their abundance and diversity in the fossil record, but their paleobiology and position in the marine food web are not well understood due to the lack of preserved soft tissue. We present three-dimensional reconstructions of the buccal apparatus in the Mesozoic ammonite Baculites with the use of synchrotron x-ray microtomography. Buccal mass morphology, combined with the coexistence of food remains found in the buccal mass, suggests that these ammonites fed on plankton. This diet may have extended to all aptychophoran ammonites, which share the same buccal mass morphology. Understanding the role of these ammonites in the Mesozoic food web provides insights into their radiation in the Early Jurassic, as well as their extinction at the end of the Cretaceous/early Paleogene.

Posté par

C'est vraiment à la mode la reconstitution des pièces buccales en ce moment, mais en même temps c'est super beau et instructif !!!

Posté par

J'ai vu la soutenance de thèse de la demoiselle aujourd'hui, c'est vrai que c'est beau son truc (et dites vous que l'utilisation du scanner ou du synchrotron en paléontologie ne fait que commencer).

Posté par

Ca fait rêver quand je vois les moyens que vous déployez. Quand je pense que nous archéologues faisons encore confiance à notre "nez" pour donner des localisation à nos silex! Ridicule et ubuesque!

Posté par

Ben pour l'instant ça débute.
Le muséum de Paris a pas mal de chercheurs (mais surtout, de doctorants et post-docs) qui bossent ou ont bossé là-dessus.
Je fais moi-même mon mémoire de M1 en utilisant le CT scan sur une mandibule de Tétrapodomorphe, ce qui me permet de me former à ces méthodes. C'est vrai que c'est assez cool à utiliser

Ce qui est magnifique aussi c'est ce qu'ils font au synchrotron à Grenoble, notamment en histologie.

----------
Edité le 14/01/2011 à 19:09 par Naldo

Posté par

Arrête tu me fais mal, quand je pense que les tracéologues qui utilisent un simple binoculaire optique ou parfois un MEB sont regardé chez nous comme des cosmonautes!

Posté par

Junchang Lü, David M. Unwin, D. Charles Deeming, Xingsheng Jin, Yongqing Liu, Qiang Ji.
An Egg-Adult Association, Gender, and Reproduction in Pterosaurs.
Science, 2011; 331 (6015): 321-324 DOI: 10.1126/science.1197323

Un oeuf retrouvé en association avec un fossile de Darwinopterus. Le premier oeuf de Ptérosaure, rien que ça.

Mais quand les chinois vont-ils arrêter de nous inonder ?
(pas tout de suite j'espère)

Posté par

Le premier oeuf ? ça m'étonnerait. Il me semble qu'on en a déjà découvert avant, et qu'on a aussi trouvé des nids de ptérosaures par le passé (un article de Grellet-Tinner je pense).
Le premier trouvé associé à un adulte sans doute, mais ce n'est pas la même chose.

Posté par

Il y a ce court article de 2004 sur un embryon de ptero dans un oeuf.


Ce qu'il y a d'intéressant aussi avec cette découverte, c'est que si on se doutait de l'existence d'une paire dimorphique chez les ptérosaures, c'est la première fois que l'on peut dire sans ambiguïté que tel morphotype (ici, celui avec un large bassin et l'absence de crête crânienne) représente une femelle (grâce à l'association directe avec un oeuf) et que tel autre représente le mâle (possédant un bassin étroit et présence d'une crête crânienne non osseuse).

Autre fait intéressant, l'oeuf serait à coquille molle. Sur les photos ci-dessous, il ne semble y avoir qu'un seul oeuf. Je me demande si cette espèce (et les autres ptérosaures) pondait un oeuf unique car il n'y a pas l'air d'avoir beaucoup de place au niveau du bassin pour un nombre important d'oeufs de cette taille.






Posté par

ça c'est pile dans mes cordes:

On a déjà publié par deux fois des oeufs de ptérosaures, le ctenoschasmatidae argentin, Pterodaustro a fourni un oeuf incubé avec un embryon développé. Les chinois ont eux aussi fourni des oeufs incubés mais malheureusement moins bien préservés.
Ce qui est nouveau comme l'a dit tiki, c'est l'assoc des deux.
Si l'article parraît il me le faut celui là.
Pour la structure de la coquille il faudra voir parce que sur les trois exemplaires étudiés la coquille était plus minéralisée que cela et était comparable avec des différences évidement, aux coquilles des autres ornithodires, il se peut que des processus taphonomiques comme la libération des acides et des bactéries intestinales ont favorisé la destruction des éléments du carbonate de calcium et laissé les protéines qui les lient. Pour ce qui est de la place du bassin, il faut considérer la cinétique complexe des os qui le compose et qu'on ignore complêtement. Si un bassin humain ne s'ouvrait pas au moment de la naissance la tête de nos bébé ne passerait absolument pas! (on voir la libérations des humeurs dans la zone périphérique du squelette. Je demande à voir...



----------
Edité le 22/01/2011 à 18:04 par gigy

Posté par

Autant pour moi, c'est en effet le premier oeuf associé avec un individu adulte. Du coup, il permet de connaître le sexe de l'animal, ce qui est également une première.

Pour la publi, elle devrait pas être dure à trouver, c'est dans Science.

Posté par

Non on connaissait le sexe, mais disons qu'ici la théorie est confirmée.
Les travaux qui avaient été réalisé sur les nombreux squelettes de Pteranodon et de Nyctosaurus allaient dans ce sens et un spécimen d'anhangueridae brésilien que j'ai étudié, le AMNH 22555 qui était pressenti pour être une femelle aussi. Curieusement on trouve surtout des mâles dans les spécimens brésiliens on dirait. Les nouveaux taxons qui vont sortir confirment ca encore une fois.
Ce sont bel et bien les individu qui ont les complexes puboischiatiques parallèles en vue dorsale qui sont les femelles ceux qui les ont convergents en vue craniale et caudale qui sont les mâles.

Posté par

Est-il possible que certaines espèces aient pondues des oeufs à coquilles dures et d'autres à coquilles molles ?

Posté par

Peu probable d'après ce que l'on sait des ornithodires, cela reviendrait à dire que certains dinosaures pondaient des oeufs comme les serpents et d'autres comme les oiseaux, impossible je pense.
Ici il y a un problème tapho, le spécimen a été trouvé à côté d'un oeuf, mais l'oeuf n'est pas dans sa cavité abdominale, donc il y aura toujours un doute quand à la réelle provenance de l'oeuf, même si ne nous cachons pas il existe de grandes probabilités qu'ils soit effectivement attribuable au spécimen.
Mais il pourrait aussi s'agir d'un problème double, de un j'ai dit qu'on ne connait pas la cinetique complexe du bassin des pterosaures, en effet, en étudiant mes spécimens brésilens, je me suis rendu compte que certains des os étaient reliés entre eux par des cartilages et que certaines jonctions semblaient comporter des tissus couverts de coussins cartilagineux.
De là a imaginer les possibilités de mouvement du bassin, je pense qu'il est parfaitement envisageable d'imaginer un mouvement latéral des éléments ventraux du bassin (pubis relié à l'ischion) lors du passage de l'oeuf.
De deux, il n'est pas exclu que la libération des bactéries et des acides digestif dans les sédiments ait altéré la coquille de l'oeuf ne laissant que les parties membraneuses. Il faudrait observer la structure de la surface des os au niveau du bassin pour voir s'il ont subis le même processus en sachant que des os sont plus durs que les coquilles d'oeufs (phosphate de calcium est plus résistant que le carbonate).
On peut envisager que lors de la décomposition, la carcasse s'est décomposée déjà à moitié enfouie, ce qui expliquerait la présentation en articulation.
Mais la libération des fluides corporels aura modifié la nature des sédiments adjacents, L'oeuf a été expulsé lorsque la décomposition a été assez avancée et que probablement les gaz l'ont forcé à sortir, ou alors notre animal est tombé dans la boue, s'est noyé et a expulsé son oeuf juste au moment de mourir dans un moment de stress?

Posté par

Il faut aussi vérifier que cette structure ovale ne soit pas un simple septaria, ce qui se produit souvent dans certaines roches!
Mais il y a rarement de la fumée sans feu, ne nous cachons pas qu'il y ai de fortes probabilités que même si c'est un septarian celui ci soit la manifestation minéralogique de la présence d'un biologique, disparu.
Un peu comme pour le coeur de Thescelosaurus qui est effectivement un septaria, mais probablement un reliquat de la présence d'un organite disparu et minéralisé.

Posté par

Ausonio Ronchi, Eva Sacchi, Marco Romano, and Umberto Nicosia (in press) A huge caseid pelycosaur from north-western Sardinia and its bearing on European Permian stratigraphy and palaeobiogeography. Acta palaeontologica Polonica.

http://www.app.pan.pl/archive/published/app56/app20100087_acc.pdf

Posté par

Bon il sort quand cet Acta Polonica ? Y'a moult articles qui m'intéressent dedans, et pour l'instant ils sont qu'en pré-publi...