Recherche dans les forums

Résultat de votre recherche : 801 résultats

Posté par Theropod, dans Dinosaures et Oiseaux, le 2 326

Salut Fablespinosaurus,

Eh bien moi ça ne me surprend pas tellement. Je crois qu'on avait parlé plusieurs fois sur ce forum de la théorie de la bosse de graisse sur le dos de Spino (publis de Bailey). Elle cadre pas mal avec l'idée d'un mode de vie aquatique. Et elle cadre tout aussi bien avec l'idée d'un animal quadrupède.

C'est vrai que ça peut surprendre, c'est je crois bien le seul théropode quadrupède. Mais déjà chez d'autres Spinosauridae les bras sont très développés et la quadrupédie avait déjà été proposée (mais pas confirmée) pour Baryonyx. En tout cas, bosse de graisse ou non, au vu de ses pattes arrières extrêmement courtes on a du mal à l'imaginer bipède. Il faut probablement y voir une adaptation à un mode de vie semi-aquatique.

Mais après tout beaucoup de lignées de dinosaures sont devenues quadrupèdes avec des ancêtres bipèdes, avec en général des pattes arrières qui se raccourcissent proportionnellement au corps.

Bref je crains que tu ne doives mettre à jour ta photo de profil

Thero

Posté par Theropod, dans Sciences de la Vie, le 6 793

Aha, tu fais allusion à l'article de Baron et al. dans Nature l'an dernier.

Oui effectivement ils ont réalisé une analyse phylogénétique et surprise ils regroupent les théropodes et les ornitischiens d'un côté, et les sauropodomorphes et les Herrerasauridae de l'autre. Et ils créent les Ornithoscelida (Theropodes + Ornitischiens) ce qui met fin à 130 ans de dichotomie ornithischiens/saurischiens.

Alors est-ce que c'est pertinent, en tout cas ils ont pris un jeu de données vraiment consistant, avec 74 espèces et 457 caractères, et dans leur phylogénie le clade Ornithoscelida est très bien soutenu (Indice Bremer de 4), les théropodes et les ornitischiens partageraient un assez grand nombre de caractéristiques ostéologiques.

Je peux t'envoyer l'article si ça t'intéresse.

D'abord, pour bien comprendre, une petite précision. En vraie classification phylogénétique on ne doit définir les groupes que sur des caractères dérivés. Pour cette raison, les Saurischiens ne sont plus défini par leur bassin depuis longtemps, parce que leur forme de bassin est ancestrale par rapport aux Ornitischiens. Elle est partagés aussi par des non dinosaures comme Silesaurus. La phylogénie de Baron a donc peut-être pour mérite de détruire un clade dont le nom n'est peut-être pas pertinent.

Ensuite, certains ont souligné le fait que cette phylogénie réunit les deux groupes de dinosaures où on a retrouvé des protoplumes, qui pourraient donc être un caractère de l'ensemble des ornitosclida (Tianyulong et Psittacosaurus pour les Ornitischiens, et pas mal de théorpodes). Ca me convainc pas vraiment parce que même là les plumes ont probablement été perdues par un grand nombre de groupes de dinosaures (notamment de grande taille). J'ai du mal à imaginer un Triceratops adulte couvert de plumes... Donc ce n'est pas spécialement plus crédible que la phylogénie traditionnelle impliquant la perte des plumes chez les Sauropodomorphes. D'ailleurs il faut ajouter qu'on n'a pas trouvé de protoplumes chez des théropodes notamment "basaux".

Alors, pour ce qui est de leur analyse phylogénétique, je crois que certains ont critiqué leur matrice et leur codage. Parce qu'avec autant de caractères on peut avoir un risque de convergence évolutive (que des caractères soient acquis indépendamment dans plusieurs lignées si tu préfères). Il y a aussi le risque de coder des caractères qui ne sont pas indépendants, ce qui revient à coder plusieurs fois le même caractère, et donc à donner artificiellement plus de poids à certains caractères, ce qui peut fausser l'analyse. Sans compter que le codage des caractères est parfois subjectif ou ambigu.

Je sais qu'il y a eu un rééxamen de leur matrice taxon/caractères. En changeant quelques milliers de codages de la même matrice de caractères, et en ajoutant quelques espèces notamment récentes comme Daemonosaurus, d'autres auteurs ont trouvé un résultat différent et qui revient à l'hypothèse Ornitischiens/Saurischiens même si chez eux les Saurischiens sont assez mal soutenus.

Et Baron et al ont republié une réponse avec une phylogénie encore différente, qui réinstaurent le clade des Ornitoscelida et où les Herrerasauridae ne sont même plus des dinosaures. Bref, tout ceci est assez compliqué. Et je trouve que ça ne chamboule pas grand chose finalement... En tout cas pour l'heure le clade des Ornithoscelida ne fait pas encore vraiment autorité.

Voilà voilà, pour commenter un peu ces résultats... J'ignore complètement ton niveau, n'hésite pas à demander des précisions si c'est du charabia.

Thero

Posté par Theropod, dans Sciences de la Vie, le 6 792

Bonjour et bienvenue Docduck, excellente question.

C'est parce que les oiseaux sont plus proches des saurischiens que des ornitischiens. Et ce, malgré le fait que les ornitischiens ont un bassin d'oiseau.

En fait les oiseaux appartiennent à une lignée de saurischiens* dont la position du bassin s'inverse pour ressembler à celle des ornitischiens. C'est une convergence évolutive, le bassin d'oiseau des oiseaux a été acquis indépendemment de celui des ornitischiens, sans être hérité d'un ancêtre commun.

*Par exemple, le Velociraptor, un dinosaure proche des oiseaux, a lui aussi un pubis dont l'orientation ressemble à celle des oiseaux (bien qu'étant un saurischien), comme on peut le voir sur cette animation:
https://www.youtube.com/watch?v=5uANSPXkh4c

Thero

Posté par Theropod, dans Paléo-Actualités, le 9 378

Sulej, Tomasz; Niedźwiedzki, Grzegorz (2018). "An elephant-sized Late Triassic synapsid with erect limbs". Science: eaal4853.

http://science.sciencemag.org/content/early/2018/11/19/science.aal4853

Une découverte qui a peut-être intéressé Croc en Stock (s'il passe encore sur le forum). Lisowicia bojani sp. nov., un nouveau dicynodonte du Trias supérieur de Pologne, de dimension comparable à un éléphant, le plus imposant (9 tonnes) et plus jeune membre de la lignée. Il contribue à montrer que d'autres groupes ont profité de la radiation des mégaherbivores au trias, et pas seulement les dinosaures (mais ça on le savait déjà). Pour rappel, les Thérapsides subiront fortement la crise Trias-Jurassique et il faudra attendre la crise Crétacé/Paléogène pour revoir des thérapsides mégaherbivores (des mammifères en l'occurrence).


Thero

Posté par Theropod, dans Actualités des dinosaures, le 18 952

Une nouvelle étude sur Archaeopteryx. En fait un réexamen du spécimen n°8, issu de la formation de Mörnsheim, plus jeune de 400 000 ans par rapport aux spécimens de Solnhofen, par une équipe de Manchester en utilisant la microtomographie au synchrotron.

Martin Kundrát, John Nudds, Benjamin P. Kear, Junchang Lü & Per Ahlberg (2019) The first specimen of Archaeopteryx from the Upper Jurassic Mörnsheim Formation of Germany, Historical Biology, 31:1, 3-63.

https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/08912963.2018.1518443

L'analyse conduit les auteurs à créer une espèce spécialement pour lui: Archaeopteryx albersdoerferi sp. nov. Il possède plusieurs éléments partagés avec les oiseaux absents chez les autres Archaeopteryx. Notamment des fusions et pneumatisations au niveau du crâne, une ceinture pectorale plus vascularisée et un renforcement des carpiens et métacarpiens. Son aptitude au vol battu était probablement supérieure à celle des A. lithographica. Les auteurs suggèrent donc une adaptation au vol convergente entre les Archaeopterygidae et les oiseaux.

Thero

Posté par Theropod, dans Débutants, le 5 534

Bonjour Clement2M

Les oiseaux étant désormais classés au sein des dinosaures, le plus petit dinosaure connu (adulte) doit être à rechercher parmi les colibris.

Posté par Theropod, dans Devenir paléontologue, le 9 297

Salut Strauchy.

Si tu veux faire une thèse au Muséum, il y a une école doctorale où les directeurs de thèse proposent des sujets et présentent des étudiants au concours. Souvent les candidats se présentent sur un sujet qui est dans la continuité du stage de fin d'études, avec le(s) même(s) encadrant(s).

Alors pour le concours lui-même, c'est un oral que tu auras préparé avec ton encadrant, suivi de questions du jury; il s'agit de se "vendre" comme un produit marketing: pourquoi je suis le (la) meilleur(e) pour ce sujet etc, il faut montrer au jury qu'on peut mener à bien le projet. Ce n'est pas un exercice évident pour tout le monde et de par mon expérience il a tendance à avantager les personnes à l'aise à l'oral.

C'est sûr qu'il est assez sélectif et qu'il y a des déçus, mais presque tous les candidats trouvent le moyen de faire une thèse ailleurs ou de trouver un autre financement. Donc pas de panique. Et ça dépend aussi des domaines, selon ce qui t'intéresse le plus: paléontologie? Systématique et évolution? Plutôt animaux, ou plantes, ou autres?

Et enfin ça dépend des années. Par exemple pour mon année il n'y a eu presque pas de stage de paléontologie proposés en master 2 et donc très peu de sujets thèses en pal. Là c'est aussi une question de chance. C'est sûr que la pal n'est peut-être pas le domaine qui propose le plus de sujets. Mais là encore ça dépend du domaine qui t'intéresse, si tu préfères systématique et évolution c'est plus facile (je pense...).

Voilà au sujet du concours de l'ED, je crois avoir fait le tout de la question.

Bonne journée également.

Thero

Posté par Theropod, dans Devenir paléontologue, le 9 395

Salut Strauchy, (et bienvenue)

Je suis ancien de SEP (promo 2012-2014), il doit y en avoir 3 ou 4 autres sur le forum mais ils ne sont plus actifs (et je ne le suis plus beaucoup moi-même). J’ignore si tu as déjà dû faire ton choix mais en tout état de cause c’est sur ce forum que l’on m’a présenté et conseillé le master SEP (il y a maintenant des années), alors si je peux aider à mon tour…

Pour le contenu des cours : attends-toi à voir pas mal de théorie phylogénétique en M1S1 qui est commun à tous les étudiants, et des choses assez générales.

Après ce sont des UE au choix (c'est vraiment à la carte, tu remplis toi-même ton emploi du temps) et il y en a un peu pour tous les goûts : paléontologie, systématique, bioinfo etc…, c’est ça qui définit ton parcours, et presque toujours avec des chercheurs reconnus du domaine (Lecointre etc…). Tu peux apprendre à te servir de divers logiciels de reconstruction phylogénétique (très utile), voir des stats un peu plus poussées (utile aussi), des bases de bioinfo et puis aussi des UE plus naturalistes (bota, paléontologie, parasitologie...), tu dois pouvoir trouver la liste des UE sur le site.

Les débouchés, c'est un peu comme partout. Il y a des parcours pro pour travailler après en tant qu’expert naturaliste ou des parcours recherche (que j’ai fait) qui t’amènent généralement à faire une thèse. Une école doctorale au MNHN propose régulièrement des sujets de thèse, bien-sûr c’est plutôt sélectif, mais même si tu rates le concours il peut y avoir moyen de trouver un autre financement ou une autre thèse (ce que j’ai fait). Là encore je crois qu’ils sont tenus de mettre les statistiques d’insertion en milieu professionnel sur le site.

Quelques liens où il a été question de SEP sur ce forum :
https://dinonews.net/forum/paleontologues.php?msg=144298&return=1#top

https://dinonews.net/forum/paleontologues.php?msg=171300&return=1#171300

Voilà en espérant que ce n’est pas trop tard pour toi. N’hésite pas si tu as d’autres questions.

Posté par Theropod, dans Actualités des dinosaures, le 30 250

Thomas D. Carr, David J. Varricchio, Jayc C. Sedlmayr, Eric M. Roberts et Jason R. Moore, A new tyrannosaur with evidence for anagenesis and crocodile-like facial sensory system, Scientific Reports, vol. 7, no 44942,‎ 2017


Une nouvelle espèce de Daspletosaurus (Tyrannosauridae): D. horneri, du Crétacé supérieur du Montana. Une taille d'environ 9m. Les auteurs suggèrent par ailleurs qu'il serait l'ancêtre direct de l'autre espèce connue du même genre, Daspletosaurus torosus (processus d'anagenèse) car ils sont issus de la même région, phylogénétiquement très proches et l'un apparaît juste après la disparition de l'autre.

Les auteurs ont révélé les traces d'un important réseau neurovasculaire ont été trouvées, à l'image de ce qui est connu chez d'autres tyrannosauridés, des crocodiliens actuels et des oiseaux.

Ils suggèrent que comme chez les crocodiles, les écailles du museau constituaient des organes sensoriels tégumentaires qui permettaient de transmettre des informations sensorielles. Ce système tactile les assistait vraisemblablement dans la chasse ou dans leurs interactions avec l'environnement.

Posté par Theropod, dans Actualités des dinosaures, le 30 359

Autre actu dont on parle depuis quelques jours:

Des milliers d'empreintes de dinosaures datant du Crétacé inférieur découvertes en Australie, les plus grandes atteignant 1m70. Avec de nombreux types de dinosaures représentés: théropodes, sauropodes, ornithopodes et tyréophores.

http://www.futura-sciences.com/planete/actualites/paleontologie-milliers-empreintes-dinosaures-decouvertes-jurassic-park-australien-15619/

Posté par Theropod, dans Actualités des dinosaures, le 30 568

Barron et al, A new hypothesis of dinosaur relationships and early dinosaur evolution, dans Nature

Grand chamboulement dans la phylogénie des dinosaures selon une étude tout juste publiée.

Selon Barron et al, les Théropodes seraient plus proches des Ornitischiens que des Sauropodomorphes. Cette étude a le mérite de ne plus considérer un certain nombre de caractères partagés de ces deux groupes comme des convergences évolutives.

Les auteurs créent le clade Ornithoscelida regroupant Thérpodes et Ornitischiens.
Ils reprennent un terme qui avait déjà été introduit par le "bouledogue de Darwin", Thomas Huxley, au XIXème siècle

Posté par Theropod, dans Devenir paléontologue, le 6 191

Salut,

Je me suis aussi orienté vers la paléontologie (via la biologie), jusqu'en master du moins, c'était il n'y a pas si longtemps. Maintenant je fais autre chose, mais si je peux t'éclairer...

Citation: - Est-il possible d'accéder au monde de la paléontologie avec un bac L ?


Il faut voir si les facs de sciences recrutent en bio/géol/autre des gens avec un bac L. Ce n'est pas impossible mais je n'y mets pas ma main à couper, il faut voir en fonction des facs. Et peut-être leur poser directement la question. En tout cas je vois difficilement d'autres cursus non scientifiques menant à la paléontologie.

Et si tel est le cas, il faudra t'accrocher au début car tu auras quand même quelques lacunes dans les matières scientifiques (bio mais aussi maths, physique etc...). Mais quand on aime...

Citation: - Quel parcours faut-il réaliser après le lycée ?


Le parcours typique c'est Licence (classiquement bio ou géol) Master (paléontologie ou évolution etc...) et doctorat sur un sujet donné. Tu devrais trouver des infos détaillées sur le forum.

Ici par exemple:
https://dinonews.net/forum/paleontologues.php?msg=144298&return=1#top

Citation: - Faut-il être "bon" en maths et en physique/chimie ?


Ça vaut mieux, oui, comme dans n'importe quel cursus scientifique. Ou au moins pas trop mauvais, suffisamment pour valider les UEs de maths et physique en licence. Mais il faudra surtout gérer en bio ou géol suivant ton parcours et ça aussi ça peut requérir un mimimum de bases en maths, notamment pour la biochimie, bioinformatique, génétique, écologie, et en géol aussi mais là je peux moins d'aider.

Citation: - Où faut-il aller pour se spécialiser en ichtyologie ?


La spécialisation peut se faire dès le master, il faut voir le programme de chacun. Mais je pense qu'à peu près n'importe quel master de pal peut t'orienter vers la paléoichthyologie, il te "suffit" de trouver les stages adéquats et de faire une thèse dans le domaine. Et on peut aussi se spécialiser encore après.

Voilà voilà, j'espère t'avoir éclairé (même modestement).

Posté par Theropod, dans Actualités des dinosaures, le 31 276

Je profite de mon passage pour évoquer les quelques nouveautés de ces derniers mois. Beaucoup de choses qui nous renseignent en partie sur les origines des oiseaux.

http://www.cell.com/action/showImagesData?pii=S0960-9822%2816%2931193-9

D’abord une étude qui a été abondamment commentée dans les médias, sur une découverte assez spectaculaire à savoir une queue emplumée de dinosaure du milieu du crétacé prise dans l’ambre. Pièce exceptionnelle découverte sur un marché d’ambre birman. Ce serait un coelurosaurien non avien juvénile. Les plumes portent un rachis court avec barbes et barbules, en faveur de la théorie selon laquelle les barbes portaient des barbules avant de fusionner en rachis. Les auteurs ont également pu déterminer la couleur de ces plumes : marron foncé au-dessus, claire en dessous.



http://www.pnas.org/content/early/2017/01/01/1613716114.abstract

Une étude sur le temps d’incubation des œufs de dinosaures, qui aurait été plus long que chez les oiseaux et plutôt similaire aux reptiles. 3 mois pour Protoceratops andrewsi et 6 mois pour Hypacrosaurus stebingeri, soit environ le double de ce que l’on aurait attendu pour des oiseaux, et plus proche des reptiles actuels. Donc les dinosaures, bien qu’ayant sur pas mal d’aspects une physiologie proche des oiseaux, conservent également des caractéristiques primitives.

Les chercheurs ont également avancé que cet état de fait auraient désavantagé les dinosaures non aviens au moment de la crise crétacée. Attention quand même aux conclusions hâtives, les deux espèces analysées ont des ornithischiens, il serait intéressant de voir ce qu’il en est de dinosaures plus proches des oiseaux.

http://www.cell.com/current-biology/fulltext/S0960-9822%2816%2931269-6

Une découverte de 19 spécimens de Limusaurus, un cératosaurien du Crétacé. Cette découverte exceptionnelle montre plusieurs stade de croissance et révèle que les jeunes avaient des dents qu’ils perdaient ensuite à l’âge adulte, ce qui nous éclaire là aussi sur l’évolution des oiseaux qui eux n’ont pas de dents. On rappelle que les adultes étaient des théropodes herbivores, mais leurs jeune semblent avoir été carnivores.

Et puisqu’on parle de l’évolution et de la perte finale de la dentition des oiseaux :

http://www.nature.com/articles/srep38876#f1

Un oiseau du Turonien du Nunavut, baptisé Tingmiatornis arctica. Comme beaucoup d’oiseaux basaux il portait probablement des dents bien qu’elles n’aient pas été retrouvées. Il indique qu’au Crétacé les oiseaux constituaient déjà un groupe nombreux et diversifié qui avait déjà colonisé l’Arctique (alors plus chaud qu’actuellement).

Posté par Theropod, dans Actualités des dinosaures, le 31 043

Brasier, M. D., Norman, D. B., Liu, A. G., Cotton, L. J., Hiscocks, J., Garwood, R. J., Antcliffe, J. B., & et al. (2016). Remarkable preservation of brain tissues in an Early Cretaceous iguanodontian dinosaur. Earth System Evolution and Early Life: a Celebration of the Work of Martin Brasier

Voilà le premier cerveau de dinosaure fossilisé, celui d'un iguanodonte du Crétacé inférieur (133 millions d'années) d'Angleterre. Il a été analysé par microscopie électronique à balayage et les méninges, des fibres de collagènes et des vaisseaux sanguins ont été observés. Ce cerveau se rapproche de celui des oiseaux et des crocodiles millions d'années. Le cerveau lui-même est plus développé que ce que l'on imaginait jusqu'à présent, ce qui serait cohérent avec ce que l'on pense de la complexité de l'organisation sociale des iguanodontes.

Posté par Theropod, dans Actualités des dinosaures, le 31 270

Stephen F. Poropat, Philip D. Mannion, Paul Upchurch, Scott A. Hocknull, Benjamin P. Kear, Martin Kundrát, Travis R. Tischler, Trish Sloan, George H. K. Sinapius, Judy A. Elliott & David A. Elliott, 2016. New Australian sauropods shed light on Cretaceous dinosaur palaeobiogeography, Scientific Reports 6, Article number: 34467.

Savannasaurus eliottorum, un Titanosaure australien de 105 millions d'années (Crétacé inférieur) d'Australie.



Les auteurs concluent que les Titanosaures auraient gagné l’Australie depuis l'Amérique du Sud en passant par l'Antarctique.

A part ça, les restes consistent en quelques vertèbres, le bassin et les os des pattes, et la bête aurait mesuré environ 14 mètres de long. Il serait très proche de Diamantinasaurus, autre titanosaure australien de la même période et dont les auteurs décrivent également un nouveau spécimen.

Posté par Theropod, dans Actualités des dinosaures, le 31 677

Une étude sur la coloration de Psittacosaurus:

Jakob Vinther, Robert Nicholls, Stephan Lautenschlager, ..., Emily Rayfield, Gerald Mayr, Innes C. Cuthill. 3D Camouflage in an Ornithischian Dinosaur , Current Biology 26, 1–7

http://www.cell.com/current-biology/pdf/S0960-9822%2816%2930706-0.pdf

Un fossile extrêmement bien préservé de Psittacosaurus de la formation Jehol montre des restes de pigmentation. Le processus de contre-illumination désigne la compensation des zones d'ombre ou de lumière sur le corps de l'animal par la pigmentation à des fins de camouflage. Les auteurs ont étudié les zones d'ombres (signalées par des quantités importantes de mélanosomes) apparaissant sur une reconstitution 3D de l'animal et suggèrent que son camouflage correspond à celui d'un animal vivant en forêt (confirmé par les analyses sédimentaires de la région). Doté d'un tel camouflage, l'animal paraît plus plat et moins visible à ses prédateurs.

Ça me rappelle l'histoire des restes de Psittacosaurus dans l'estomac de Repenomamus, un mammifère de l'époque

Posté par Theropod, dans Paléo-Actualités, le 15 666

Codorniú L, Paulina Carabajal A, Pol D, Unwin D, Rauhut OWM. (2016) A Jurassic pterosaur from Patagonia and the origin of the pterodactyloid neurocranium . PeerJ 4:e2311

Akllkaruen koi, nouveau ptérosaure du Jurassique moyen d'Argentine, analysé par tomographie 3D. Son adaptation au vol est intermédiaire entre ptérosaures basaux et plus dérivés.

https://peerj.com/articles/2311/

Posté par Theropod, dans Actualités des dinosaures, le 33 594

Eric K. Lund, Patrick M. O'Connor, Mark A. Loewen and Zubair A. Jinnah (2016). A New Centrosaurine Ceratopsid, Machairoceratops cronusi gen et sp. nov., from the Upper Sand Member of the Wahweap Formation (Middle Campanian), Southern Utah". PLoS ONE 11 (5): e0154403

Machairoceratops cronusi, un nouveau cératopsien Centrosaurinae du Crétacé supérieur de l'Utah. Il est proche du groupe Diabloceratops, Avaceratops, Albertaceratops.

Ici les fossiles retrouvés:



Posté par Theropod, dans Actualités des dinosaures, le 34 457

Il y a un tuto pour réduire les images? Celles de mon précédent message sont un peu grandes.

Citation de Webmaster:
Je n'ai pas encore lu l'article, mais c'est bizarre qu'ils n'aient pas fait mention dans leur phylogénie de Yutyrannus[:i], un Tyrannosauroidea chinois à plumes de 9 mètres et dont les fossiles sont bien plus complets que ce Timurlengia.
En tout cas, il colle mal avec leur théorie de l'augmentation de taille des Tyrannosaures uniquement au Crétacé sup.


Ben justement, ils disent dans l'article que leur fossile montre que Yutyrannus (qui est plus basal et plus ancien que Timurlengia) a acquis une grande taille de façon convergente avec les Tyrannosauridae. Des espèces plus proches des Tyrannosauridae que Yutyrannus sont d'ailleurs relativement petites (Eotyrannus, Juratyran...). C'est de la parsimonie.

Cela dit, c'est dommage de ne pas l'avoir inclus dans leur phylogénie.

A part ça, toujours chez les tyrannosaures,

Mary Higby Schweitzer, Wenxia Zheng, Lindsay Zanno, Sarah Werning, Toshie Sugiyama. Chemistry supports the identification of gender-specific reproductive tissue in Tyrannosaurus rex. Scientific Reports, 2016

Présence d'os médullaire confirmée chez une femelle Tyrannosaurus, ce qui indique qu'elle était gravide.




PS: il y a un problème avec les balises, elles se mettent en bas du message.

Posté par Theropod, dans Actualités des dinosaures, le 34 544

Stephen L. Brusatte, Alexander Averianov, Hans-Dieter Sues, Amy Muir, Ian B. Butler, 2016. New tyrannosaur from the mid-Cretaceous of Uzbekistan clarifies evolution of giant body sizes and advanced senses in tyrant dinosaurs, PNAS

Timurlengia euotica (n.g. n.sp.), nouveau Tyrannosauroidea du Turonien de l'Ouzbékistan (90 MA), nommé selon le célèbre et sanguinaire conquérant originaire de l'Ouzbekistan Timur le Grand (ou Tamerlan). Plutôt petit (3m environ), il a le mérite de combler le manque de fossiles de cette lignée à cette période. Ses caractéristiques cérébrales et son oreille interne le rapprochent des Tyrannosauridae, et indiquent que le gigantisme qui caractérise cette lignée serait apparu plutôt tardivement et rapidement, au crétacé supérieur.


 

Rechercher:

 

Annuler