64

Discussion: 2 643 5 Dernière réponse

Posté par

Bon, ça ne concerne pas forcément les fossiles, mais voilà une partie de la Baie de Loya à Hendaye (très bon spot de surf).

Sur la photo vous pouvez voir un affleurement de flysch d'âge Crétacé supérieur, étage Campanien (dépôt turbiditique profond, formé d'alternances de calcaires, grès et marnes). Ce dépôt a été plissé et redressé par la tectonique pyrénéenne.

Posté par

Alors voici une ammonite des Pyrénées atlantiques du Maastrichtien (-72 à -65 millions d'années) supérieur.
Elle porte le nom de Menuites fresvillensis .
Elle appartient à la Super-famille des Desmocerataceae, et à la famille des Pachydiscidae.

Posté par

Wwahh elle fait combien de centimetre de diametre sylvain

Posté par

Son diamètre est de 10,5 cm.

Posté par

On observe sur la plage de Bidart, située non loin de Biarritz, une très fine couche d'argile noire surmontée d'une dizaine de cm d'argile plus claire et de calcaire marneux ou argileux du Tertiaire (T). Elle est déposée en légère discontinuité sur des calcaires marneux du crétacé (K : Kretaceus)

Cet argile contient d'importantes quantités de suie (d'où sa couleur noire). La suie consiste en noir de fumée mêlé d'impuretés, dû à une combustion incomplète.
Une équipe de l'Université de Chicago (Wolbach, Gilmore & Anders) pense que cette suie serait la preuve de l'embrasement soudain de très vastes surfaces forestières. Aussi, la Crise K-T, ne serait-elle pas seulement une crise liée à un refroidissement climatique consécutif à une chute météoritique conjointe à un volcanisme intense, mais aussi à l'embrasement soudain d'une partie importante des forêts de la planète.
Le taux d'Iridium y atteint un pic de près de 10 parties par milliard, soit, plus de 300 fois plus que la moyenne de la croûte terrestre, 30 fois plus qu'un basalte terrestre, mais 50 fois moins qu'un météorite. On interprète l'origine de cet Iridium comme essentiellement météoritique.
Notons qu'une brève inversion du champ magnétique terrestre (n°29) se situe aussi au niveau de la limite K-T et permet de dater avec précision les terrains. Les bouleversements des champs magnétiques sont regardés par certains comme une des causes des disparitions d'espèces.

Sur la corniche de St Jean de Luz on peut observer des calcaires marneux de la période K-T, mais la fine couche d'argile n'y est pas décelée à notre connaissance.
Sources : http://cyrille.deliry.free.fr/