L'herbe

Discussion: 10 735 7 Dernière réponse

Posté par

A-t-on trouvé d'autres indices sur l'existence de l'herbe au mésozoïque hormis le fossile du coprolithe du titanosaure en Inde ?

Posté par

Pas beaucoup d'indices à part celui que tu évoques.

Encore faut-il définir ce que l'on entend par herbe. Il existe en effet une différence entre herbe=strate herbacée (acception écologique) et herbe=poaceae (acception phylogénétique, et encore, ça reste ambigu...).

Selon la définition écologique il existait des plantes herbacées (probablement des Lycopodes, équisétales, fougères...).
Pour les Poaceae à part les coprolithes que tu mentionnes je ne crois pas qu'on ait des fossiles mésozoïques, mais je viens de faire un tour sur Wikipedia et apparemment les origines des Oryzeae (contenant le riz) seraient à chercher au Crétacé, donc la famille des Poaceae (contenant les Oryzeae) serait encore plus ancienne:

http://en.wikipedia.org/wiki/Poaceae#cite_note-8

Et l'article cité:
http://www.nature.com/ncomms/journal/v2/n9/full/ncomms1482.html

Quoi qu'il en soit des grandes formations herbacées, de type prairie/steppe, n'ont à ma connaissance jamais été signalées pour le Mésozoïque...

Posté par

Même des steppes et prairies d'autres plantes que l'herbe (ces mêmes lycopodes etc.)?

Posté par

Je ne dis pas que c'est impossible, mais je ne pense pas que les lycopodes ou autres ptéridophytes aient un jour pu composer des formations étendues sur de très larges espaces avec une très grande concentration d'individus, pour une raison simple: ces plantes ont besoin d'eau pour leur reproduction (elles se reproduisent par zoidogamie).

Elles ne se développaient donc vraisemblablement, et c'est encore le cas aujourd'hui, sur des terrains suffisemment humides (bon enfin les fougères aigles se développent parfois plutôt sur des sols secs mais ce n'est pas le cas de toutes les fougères), au contraire des Poaceae actuelles qui sont anémophiles (pollens transportés par le vent), ce qui à mon sens leur permet d'occuper des terrains de grande superficie et plutôt secs (savanes, steppes...), souvent balayés par le vent d'ailleurs, au contraire des ptéridophytes.

De plus, les Poaceae sont à ma connaissance la seule famille à former des pelouses ou des prairies (steppes, savanes, pampas...) et je pense l'expliquer justement par leur importante adaptation à l'anémophilie, même si bien sûr les pelouses et lesprairies comportent d'autres familles de plantes!

Donc je vois mal des lycophytes formant des prairies. Mais cela ne les empêche pas d'occuper quelques dizaines, voire centaines de mètres carrés quand les conditions sont adéquates, il y a de très belles photos sur Internet!

Désolé si je suis un peu long et si je sors un peu du sujet...

Posté par

J'ai du mal à imaginer qu'une telle niche écologique n'ai pas été occupée, vraiment du mal.

Posté par

Citation: mais je viens de faire un tour sur Wikipedia et apparemment les origines des Oryzeae (contenant le riz) seraient à chercher au Crétacé, donc la famille des Poaceae (contenant les Oryzeae) serait encore plus ancienne.


Dans cet article, ils mentionnent l'Inde. Ce qui veut dire que l'origine de l'herbe (Poaceae) serait situé dans ce pays, puisqu'elle n'était qu'une île. Non ?

Posté par

Citation de fablespinosaurus:
Citation: mais je viens de faire un tour sur Wikipedia et apparemment les origines des Oryzeae (contenant le riz) seraient à chercher au Crétacé, donc la famille des Poaceae (contenant les Oryzeae) serait encore plus ancienne.


Dans cet article, ils mentionnent l'Inde. Ce qui veut dire que l'origine de l'herbe (Poaceae) serait situé dans ce pays, puisqu'elle n'était qu'une île. Non ?


Oui pas mal d'études suggèrent une origine des Poaceae en Inde, mais attention que le pollen et les graines peuvent être transportés facilement par le vent. Elles auraient aussi bien pu être apportées d'ailleurs. C'est d'ailleurs comme cela que des îles actuelles comme les Galapagos ou Hawaii ont été colonisées par les plantes et aussi par les animaux (on pense aux radeaux flottants déjà évoqués par Darwin).