Epistémologie , philosohie des sciences .

Discussion: 3 506 5 Dernière réponse

Posté par

Suite à la dernière conversation tenue dans " News " , rubrique " Actualités paléontologiques " , je propose de continuer celle-ci ici : il n' était franchement plus question d ' actualités paléontologiques !
Dans son post du 18/06 , à 22H06 , dans la rubrique évoquée au-dessus donc , Naldo dit : " Pour moi la limite entre les sciences naturelles et les sciences humaines a justement lieu au niveau de la méthodologie " . C'est vrai , mais c'est un raccourci . Pourquoi est-ce le cas ? Les deux types de sciences s 'occupent d' objets différents par nature , d' où des méthodologies différentes .
Mais pour certaines , et l 'exemple de la paléoanthropologie est idéal , il est clair qu ' il y a chevauchement : les fouilles et les publications relatives relèvent des sciences dures . Mais quant l ' archéologue commence à spéculer sur l ' origine de la culture , l 'apparition des premières parures , dont la date a été repoussé de façon impressionnante en Afrique du Sud récemment , les peintures pariétales , il est clairement dans le registre des sciences " humaines " , celles qui s 'occupent du Sens en Soi , de la Subjectivité , sous toutes leurs formes , en un mot du Sujet .
Et l' expression " sciences humaines " elle-même a pris une très vilaine claque ces dernières années , puisque avec le recul de l'anthropocentrisme et les progrès de la biologie , il est dorénavant clair que l ' individu de notre espèce n 'a plus l ' apanage du qualificatif de Sujet .
Et que dire de l' éthologie ? Qu 'est-ce qu ' un primatoloque ? Un biologiste , qui fait de l ' ethnologie sauf que l ' espèce considérée n'est pas la notre !
Nous vivons actuellement une période charnière , des bouleversements sévères . Et ça ne fait que commencer , même si les milieux académiques , par définition , réagissent lentement ( Pour ne rien dire d'autre ) .

Posté par

Quand tu dis que les primatologues font de l'ethnologie sur une autre espèce tu es sûr ?
Parce que ethnologie c'est l'étude des sociétés non ?
On peut pas vraiment parler de société pour les grands singes...

Posté par

SI , et la preuve est faite , scientifiquement . Si t 'as le temps , je te renvoie aux travaux de Frans de Waal , entre autres . Chez les grands singes , les quatre espèces subsistantes (...) , on peut le plus sérieusement qui soit parler de Sociétés et de Cultures . Pour se faire les primatologues et les cétologues suivent et comparent en même temps des populations distinctes d ' une même espèce . Les résultats sont stupéfiants . Comme si on comparait deux Sociétés , Cultures , humaines , différentes .

Posté par

Oui c'est vrai j'avais vu des trucs comme ça pour les mégaptères (cétacés).
Comme quoi les chants diffèrent selon les zones géographiques, ce qui est à rapprocher d'un langage...

En revanche, je suis convaincu qu'on peut parler de "sociétés" pour certains insectes.
D'ailleurs, les écologues qui classent la socialité chez les animaux les définissent en "eusociaux évolués", avec une spécialisation des individus selon la tâche. Leur société, en suivant ce critère, est donc plus évoluée que la nôtre !
Il faudrait que je retrouve ce classement (j'ai eu ça en cours au premier semestre).

Posté par

Comme tu le dis , chez les insectes sociaux , il y a spécialisation évolutive des individus , comme chez les siphonophores , et c'est précisément ce qui distingue les deux types de sociétés admises par les scientifiques .
Celles des insectes et quelques autres n'ont pas droit à la fameuse majuscule : non seulement le Sujet , au sens dialectique du terme , n'existe pas , mais en plus il est phylogénétiquement amoindri , séléctionné , conformé , pour être une partie , physiquement dit ! , de la collectivité .
Chez les mammifères , les cétacés , les primates , et même '' avant'' , chez les reptiles , les oiseaux , c'est un autre sujet , le Sujet avec majuscule , qu 'on voit peu à peu apparaitre et se déployer . Et ce jusqu' aux pire de tous : nous .