Latirhinus

De Paleowiki
Aller à : navigation, rechercher

Fiche descriptive

¤ Etymologie du nom: "Du Latin lati, large et du Grec rhinus, nez, en référence à la grande largeur des narines de l’animal."

¤ Position dans la classification: Hadrosauroidea - Hadrosauridae - Hadrosaurinae - Kritosaurini

¤ Eres géologiques: Crétacé supérieur (fin du Campanien supérieur : ~ 72,5 millions d’années).

¤ Taille estimée: 6 à 7 m de long

¤ Poids estimé: ?

¤ Régime alimentaire: herbivore

¤ Répartition géographique: Formation Cerro del Pueblo, Etat de Coahuila (environ de Parras de la Fuente), Mexique.

¤ Découvert en: 1987

Latirhinus uitstlani © Román García Mora.




Les différentes espèces

L’adjectif spécifique uitstlani est le mot Náhuatl signifiant sud, une allusion à la localisation de cet hadrosaure qui vivait tout au sud de l’ancien continent de Laramidia (qui englobait l’ouest de l’Amérique du Nord et s’étendait de l’Alaska au nord du Mexique).


Inventaire des fossiles retrouvés

  • Holotype : IGM 6583, un squelette partiel incluant un nasal droit, 10 vertèbres dorsales, 14 vertèbres caudales, un coracoïde droit, une scapula gauche, l’humérus gauche et l’humérus droit, l’ulna gauche et l’ulna droit, les métacarpiens III et IV droit, le processus préacétabulaire de l’ilion droit, le pédoncule iliaque de l’ischion droit, les deux fémurs, les deux tibia, les deux fibula, l’astragale gauche, les métatarsiens III et IV gauche et droit, et diverses phalanges proximales du pied droit.


Caractères propres à ce dinosaure

Latirhinus uitstlani IGM 6583 (Holotype), nasal droit partiel en position anatomique sur une illustration d’un crâne de Gryposaurus notabilis (A), le même nasal en vues latérale (B), dorsale (C) et médiale (D). D’après Prieto-Márquez et Serrano-Brañas, 2012.
  • Les fossiles de Latirhinus furent découverts vers la fin des années 1980 dans le basin de Parras, dans l’Etat de Coahuila au nord du Mexique. Les restes disponibles de cet hadrosaure, assez incomplets, furent attribués en 2006 (Serrano-Brañas) à une espèce indéterminée du genre Gryposaurus. L’attribution à ce genre était fondée sur la morphologie arquée du nasal (le seul os crânien connu chez ce spécimen). Récemment, Prieto-Márquez et Serrano-Brañas (2012) ont réalisés une nouvelle étude de ce spécimen et ont conclus qu’il représentait un nouveau genre. Selon eux, le nasal de Latirhinus est unique parmi les hadrosaures en entourant une cavité nasale extrêmement large comme le prouve la marge ventrale arquée qui est plus large que chez aucun autre hadrosaures. Le nasal de Latirhinus se distingue également de celui de la plupart des hadrosaures en exposant un processus dorsal qui est particulièrement profond dorsoventralement, une caractéristique que l’on retrouve également chez les trois espèces de Gryposaurus (lesquels ont toutefois une cavité nasale plus étroite). Cependant, l’étendue de cette profondeur reste incertaine car le bord dorsal et les zones adjacentes du processus dorsal du nasal, ainsi que la marge ventrale de sa moitié antérieure sont érodés. Il n’est donc pas certain que Latirhinus arborait une crête nasale similaire à celle de Gryposaurus. Latirhinus diffère aussi de Gryposaurus et des autres hadrosaures Hadrosaurinae par la morphologie de sa scapula qui présente une crête deltoïde courbée antérodorsalement (convergence avec divers Lambeosaurinae), alors que cette dernière est subhorizontale chez les autres hadrosaurinés.


Histoires de nez

Comaparaison du nasal de Latirhinus uitstlani avec (A) Gryposaurus notabilis (CMN 2278, inversé) ; (B) G. notabilis (ROM 873) ; (C) G. latidens (AMNH 5465, inversé) ; (D) Anasazisaurus horneri (BYU 12950, espèce aujourd’hui placée dans le genre Kritosaurus). D’après Prieto-Márquez et Serrano-Brañas, 2012.
  • Dans leurs études, Prieto-Márquez et Serrano-Brañas ont également comparés Latirhinus à divers autres spécimens d’hadrosaurines de l’Etat de Coahuila. Il y a tout d’abord la partie antérieure d’un crâne (IGM 6585) qui provient du même site que Latirhinus. Ce spécimen est composé des prédentaires, une grande partie des deux dentaires, la partie antérieure des deux prémaxillaires, et des fragments de maxillaire. Il n’y a donc pas de pièces communes entre ce spécimen et Latirhinus, toutefois, chez IGM 6585, la partie antérieure de la cavité nasale (entourée par les prémaxillaires) est plus étroite que chez Latirhinus (chez qui n’est conservé que la partie postérodorsale de la cavité nasale). Pour Prieto-Márquez et Serrano-Brañas, il est improbable que IGM 6585 et Latirhinus soit un seul et même taxon car cela impliquerait que la cavité nasale de l’animal augmenterait en largeur dorsalement, alors que chez tous les hadrosaures dont l’anatomie nasale est bien connue, la largeur de cette cavité reste constante sur toute sa longueur ou devient légèrement plus large ventralement (chez certains spécimens de Prosaurolophus maximus).
  • Serrano-Brañas (2006) et Kirkland et al. (2006) attribuèrent IGM 6585 au genre Kritosaurus. Bien que les proportions de la cavité nasale sont inconnues chez le spécimen type de Kritosaurus, l’attribution d’IGM 6585 à ce genre s’appuyait sur le fait que Anasazisaurus horneri (dont la plus grande partie de la cavité nasale est connue) est l’hadrosaure morphologiquement le plus proche de Kritosaurus navajovius et ce dans pratiquement tous les caractères du crâne, suggérant ainsi que la cavité nasale de Kritosaurus devait être longue et étroite, comme c’est le cas chez IGM 6585. Récemment, Prieto-Márquez (2013) a démontré la synonymie d’Anasazisaurus avec Kritosaurus (dont il constitue une deuxième espèce, K. horneri) et il a également attribué IGM 6585 à l’espèce Kritosaurus navajovius élargissant ainsi la répartition de cette espèce au nord du Mexique. Latirhinus et Kritosaurus diffèrent donc au moins par les proportions de leurs cavités nasales respectives. Si la crête nasale de Latirhinus supportait une poche gonflable, on peut penser que celle-ci devait être plus développée que chez les autres kritosaurines, vu l’importante largeur de la région postérodorsale de la cavité nasale de l’animal. Mais on ne peut pas écarter non plus l’hypothèse que cette caractéristique soit l’expression d’un dimorphisme sexuel d’un autre genre déjà décrit (comme Kritosaurus) dont Latirhinus serait le mâle (si ces derniers avaient bien une crête nasale plus développée que chez les femelles). Un tel dimorphisme sexuel est encore très mal connu chez les Hadrosaurinae en général et chez les Kritosaurini en particulier.
  • Un autre spécimen mexicain est PASAC-1, un squelette partiel d’un hadrosaure de grande taille (estimée à 11 m de long) provenant de la Formation Olmos dans la région de Sabinas et qui fut attribué à Kritosaurus sp. par Serrano-Brañas (2006) et Kirkland et al. (2006). Cet exemplaire est représenté par la quasi-totalité du squelette axial, la plupart des os du bassin, les membres postérieurs, le scapulo-coracoïde et une bonne partie du crâne auquel il manque malheureusement les prémaxillaires et les nasaux ce qui implique que la cavité nasale de ce spécimen est totalement inconnue, laquelle ne peut donc pas être comparée à celles de Latirhinus et Kritosaurus. L’hadrosaure de Sabinas se distingue par son ischion dont la diaphyse est courbée dorsalement sur toute sa longueur. Il n’est pas possible de vérifier la présence de ce caractère ni chez Latirhinus ni chez Kritosaurus, car chez le premier on ne connaît qu’un ischion fragmentaire dépourvu de la diaphyse, et chez le second l’ischion est inconnu. Il existe quelques pièces communes à Latirhinus et PASAC-1 et ces deux spécimens diffèrent principalement par les proportions de leur scapula. Mais il est possible que ces différences soient du à l’ontogénie (le spécimen de Sabinas étant nettement plus grand que Latirhinus) ou à une variabilité intraspécifique. Prieto-Márquez (2010, 2013) considère que PASAC-1 représente un Hadrosaurinae indéterminé distinct de Kritosaurus, et qu’il serait plus proche d’animaux du type Prosaurolophus et Saurolophus.
  • En conclusion Latirhinus est considéré comme un taxon valide mais il n’est pas exclu que lui, Kritosaurus, IGM 6585 et PASAC-1 ne soit qu’un seul et même taxon dont les différences seraient l’expression d’un dimorphisme sexuel et/ou de diverses variations intraspécifique. Une théorie que seule la découverte de spécimens plus complets permettraient peut être de valider ou d’infirmer. Tous ces spécimens confirment la prédominance des kritosaurines dans l’échantillonnage des hadrosaures de la partie sud de l’ancien continent de Laramidia (sud des USA et nord du Mexique).
Kritosaurus navajovius, spécimen mexicain : IGM 6685, crâne partiel représenté par sa partie rostrale. Vues antérieure (A) et latérale gauche (B). D’après Prieto-Márquez et Serrano Brañas, 2012, et Prieto-Márquez, 2013.


Reconstitution de la vie de ce dinosaure

Latirhinus uitstlani © Román García Mora.
  • Concernant le rôle de l’arche nasale de Latirhinus, on ne peut faire que des suppositions. Peut être que cette arche nasale servait de support à un sac de peau gonflable lequel pouvait avoir plusieurs fonctions de signalisations, tels que la production de sons divers (signaux auditifs), et/ou des variations de taille et de couleur de la poche gonflable (signaux visuels). On ignore encore si cette structure différait entre mâle et femelle.


Galerie d'images


Publications

  • Serrano Brañas CI. 2006. Descripción de los Dinosaurios pertenecientes a la familia Hadrosauridae del Cretácico Superior de Coahuila, Mexico [master’s thesis]. [Mexico D.F.]: Facultad de Ciencias, Universidad Nacional Autónoma de Mexico.
  • Kirkland JI, Hernández-Rivera R, Gates T, Paul GS, Nesbitt S, Serrano-Brañas CI, García de la Garza JP. 2006. Large Hadrosaurine Dinosaurs from the Lastest Campanian of Coahuila, Mexico. N M Mus Nat Hist Sci Bull. 35:299–315.
  • Prieto-Márquez A. 2010. Global phylogeny of Hadrosauridae (Dinosauria: Ornithopoda) using parsimony and Bayesian methods. Zool J Linn Soc. 159:435–502.
  • Prieto-Márquez, A. & Serrano Brañas, C. I. (2012). Latirhinus uitstlani, a 'broad-nosed' saurolophine hadrosaurid (Dinosauria, Ornithopoda) from the late Campanian (Cretaceous) of northern Mexico. Historical Biology 24 (6): 607–619.
  • Prieto-Márquez, A. (2013) Skeletal morphology of Kritosaurus navajovius (Dinosauria: Hadrosauridae) from the Late Cretaceous of the North American Southwest, with an evaluation of the phylogenetic systematics and biogeography of Kritosaurini. Journal of Systematic Palaeontology. Doi:10.1080/14772019.2013.770417.