Atsinganosaurus

De Paleowiki
Aller à : navigation, rechercher

Fiche descriptive

¤ Etymologie du nom: "Lézard Tzigane ou Gitan (une allusion à l’existence au Crétacé d’une migration entre l’Ouest et l’Est de l’Europe pour ce groupe de titanosaure)."

¤ Position dans la classification: Titanosauria -

¤ Eres géologiques: Crétacé supérieur (Campanien supérieur : ~ 75 à 72 millions d’années).

¤ Taille estimée: 10 à 12 m long

¤ Poids estimé: ?

¤ Régime alimentaire: herbivore

¤ Répartition géographique: Site de La Bastide Neuve, Velaux, Bassin d’Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône, (France).

¤ Découvert en:

Atsinganosaurus velauciensis, (A), VBN.93.12a, b et c vertèbres cervicales en vue latérale gauche ; (B), VBN.93.01.a, b, c et d, (Holotype) quatre vertèbres dorsales articulées en vue latérale droite ; (C), détail et dessin schématique de la 2ème vertèbre dorsale montrant les principales structures. D’après Garcia et al., 2010.



Les différentes espèces

L’adjectif spécifique fait référence à la commune de Velaux (Velaucio en Latin) près de laquelle furent découverts les restes de ce dinosaure.


Inventaire des fossiles retrouvés

  • VBN.93.01.a, b, c et d, Holotype, quatre vertèbres dorsales postérieures articulées.
  • VBN.93.12a, b et c (trois vertèbres cervicales) ; VBN.93.11 (une scapula) ; VBN.93.10 (un métatarse) ; VBN.93.03-08 (une vertèbre caudale) ; VBN.02.03, 22 et 53 (trois dents) ; VBN.02.78 a et b (un scapulo-coracoïde) ; VBN.02.99 (une vertèbre dorsale isolée) ; VBN.02.82 (un sacrum) ; VBN.02.90 (un métacarpe) ; VBN.02.109 (un tibia) ; VBN.02.110 (une vertèbre caudale) ; VBN.00.12 (un humérus) ; VBN.00.01-03 (trois vertèbres caudales) ; VBN.93.MHNA.99.21 (une dent) ; VBN.93.MHNA.99.52 (un humérus) et VBN.93.MHNA.99.32-34 (trois vertèbres caudales).


Caractères propres à ce dinosaure

Deux dents d’Atsinganosaurus en vues labiale (A et F), linguale (B et G), mésiale (C et H), distale (D et I) et apicale (E et J). barre d’échelle = 1 cm. D’après Díez Díaz et al., 2013.
  • Atsinganosaurus est un titanosaure particulièrement gracile découvert dans le sud-est de la France. Il est connu par des vertèbres, des os des membres et de la ceinture scapulaire ainsi que des dents appartenant à au moins deux individus. Ces dents présentent une morphologie différente des dents des autres titanosaures de l’île Ibero-Occitane (Lirainosaurus, Ampelosaurus et le nouveau titanosaure de Cruzy). Elles possèdent une racine cylindrique et une couronne légèrement spatulée, avec une face labiale légèrement convexe et une face linguale concave. La couronne est légèrement comprimée labiolingualement, plus particulièrement dans leur moitié supérieure. Les crêtes mésiales et distales courent de l’apex au milieu de la couronne donnant aux dents une coupe transversale en forme de "citron". Ces crêtes portent de fortes carènes qui s‘étendent du niveau où la courbure de la couronne commence, jusqu’à l’apex. Les dents montrent une certaine variabilité dans la courbure linguale apicale, ce qui est probablement du à des positions différentes des dents sur les mandibules. L’émail des couronnes est lisse mais dans leur moitié supérieure il peut montrer de fines lignes longitudinales donnant à la surface de l’émail une texture lisse ridée (Díez Díaz et al., 2013). Atsinganosaurus possède un sacrum dont seule la première vertèbre présente de fortes pleurocoeles, un caractère qu’il partage avec les titanosaures sud-américains Epachthosaurus et Baurutitan. Atsinganosaurus semble également être proche d’une forme africaine du Crétacé inférieur, le Malawisaurus, en effet ces deux titanosaures sont les seuls qui présentent l’association des caractères suivants : absence de l’articulation hyposphene-hypantrum sur les vertèbres dorsales postérieures, une procoelie limitée aux vertèbres caudales antérieures, une réduction des pleurocoeles sur les vertèbres cervicales, des tendons ossifiés fusionnés sur le sacrum et des vertèbres caudales avec un apex du condyle postérieur localisé dorsalement. Ces caractères indiquent une position basale d’Atsinganosaurus parmi les titanosaures, ainsi qu’une probable relation de parenté avec Malawisaurus.


Un sauropode gracile

Atsinganosaurus velauciensis, (A et N) VBN.02.78, scapulo-coracoide gauche en vues médiale et latérale avec son dessin schématique. (C), VBN.00.12, humérus droit en vue antérieure. (D), VBN.02.109, tibia gauche en vue postéro-latérale. D’après Garcia et al., 2010.
  • Atsinganosaurus était un vrai poids plume pour un titanosaure, en effet outre sa taille modeste, ce sauropode présente aussi des proportions très graciles. Ses membres sont étonnamment grêles, l’humérus en particulier a une morphologie surprenante puisque son extrémité proximale (qui s’articulait aux os de l’épaule) mesure 20 cm de large alors que son extrémité distale (qui s’articulait avec le radius et l’ulna) mesure à peine 10 cm de large, indiquant des membres antérieurs vraiment très sveltes.


Paléobiogéographie

Atsinganosaurus velauciensis, (A et B) VBN.02.82, sacrum en vues latérale droite et ventrale ; (C) VBN.02.110, vertèbre caudale moyenne en vue latérale gauche ; (D à G) VBN.93.MHNA.99.33, vertèbre caudale postérieure en vues dorsale (D), postérieure (E), latérale (C) et craniale (G) avec leurs contours schématisés. D’après Garcia et al., 2010.
  • Contrairement aux autres titanosaures de l’île Ibero-Occitane (Lirainosaurus et Ampelosaurus), Atsinganosaurus possède une procoelie restreinte à la partie antérieure de la queue. En Europe, cette caractéristique se retrouve aussi chez des titanosaures de l’île d’Hateg (aujourd’hui en Roumanie) ce qui suggère d’une part un lien de parenté entre Atsinganosaurus et certains titanosaures roumains et aussi d’autre part l’existence à un moment donné de communications terrestres entre les îles de l’Ouest et de l’Est de l’Europe au Crétacé supérieur. La probable parenté d’Atsinganosaurus avec Malawisaurus (les deux genres étant distants temporellement d’environ 40 millions d’années) suggère aussi la migration d’au moins un groupe de titanosaures africains vers l’Europe à une époque qu’il est difficile de préciser.


Environnement

  • Atsinganosaurus vivait sur l’île Ibero-Occitane (principalement formée par la France et la péninsule Ibérique) où il côtoyait d’autres dinosaures herbivores comme l’ornithopode Rhabdodon. Les fossiles d’Atsinganosaurus ont été trouvés dans des sédiments continentaux d’origine fluviatiles mais d’autres fossiles associés (restes de crustacés décapodes et dents de requins) et certains indices géologiques (présence de glauconite) suggère également une influence marine. Le site ayant livré Atsinganosaurus correspondait probablement à un environnement estuarien. Les quatre titanosaures actuellement connus de l’île Ibero-Occitane (Ampelosaurus, Lirainosaurus, Atsinganosaurus et le titanosaure de Cruzy) diffèrent entre eux par leur taille et leur proportion ainsi que par leur morphologie dentaire. Ces différences reflètent probablement leur adaptation à différentes niches écologiques.


Actualité de ce dinosaure

  • Des fouilles réalisées durant l’été 2012 ont livré de nouveaux ossements d’Atsinganosaurus velauciensis avec notamment des éléments du squelette qui étaient inconnus auparavant comme le fémur, l’ilion et le pubis.


Publications

  • Garcia, G., Amico, S., Fournier, F., Thouand, E. and Valentin, X. (2010). A new Titanosaur genus (Dinosauria, Sauropoda) from the Late Cretaceous of southern France and its paleobiogeographic implications. Bulletin de la Societe Geologique de France 181 (3): 269–277.
  • Díez Díaz, V., Tortosa, T. & Le Loeuff, J. (2013). Sauropod diversity in the Late Cretaceous of southwestern Europe: The lessons of odontology. Annales de Paléontologie (advance online publication)

Liens complémentaires