Epachthosaurus

De Paleowiki
Aller à : navigation, rechercher

Fiche descriptive

¤ Etymologie du nom: "Du Grec epachthos, lourd ou lent et de sauros, lézard."

¤ Position dans la classification: Titanosauria

¤ Eres géologiques: Crétacé supérieur (Cénomanien supérieur-Turonien inférieur : ~ entre 95 et 92 millions d’années).

¤ Taille estimée: 14 m de long (et probablement plus)

¤ Poids estimé: 11 tonnes

¤ Régime alimentaire: herbivore

¤ Répartition géographique: Formation Bajo Barreal (Membre inférieur), Estancia Ocho Hermanos, province de Chubut, Argentine.

¤ Découvert en: 1981

Vertèbres dorsales du spécimen UNPSJB-PV 920. D’après Martínez et al., 2004.



Les différentes espèces

L’adjectif spécifique honore le paléontologue J. C. Sciutto.


Inventaire des fossiles retrouvés

Vertèbres dorsales du spécimen UNPSJB-PV 920. D’après Martínez et al., 2004.
  • MACN-CH 1317 Holotype, une vertèbre dorsale incomplète.
  • MACN-CH 18689 Paratype, un moulage exposé en vues latérale gauche et ventrale, de six vertèbres dorsales articulées, un sacrum partiel, un fragment du pédoncule pubien de l’ilion droit, et une vertèbre dorsale isolée
  • Spécimens référés : UNPSJB-PV 920, un squelette articulé auquel manque le crâne, le cou, les 4 ou 5 premières vertèbres dorsales et quelques vertèbres caudales distales.
  • Casal et Ibiricu rapporte à Epachthosaurus sp. une vertèbre dorsale de grande taille UNPSJB-PV 1006 ; un bassin incomplet UNPSJB-PV 956 est laissé en nomenclature ouverte, mais il pourrait appartenir lui aussi à Epachthosaurus.


Historique des découvertes

Vertèbres caudales du spécimen UNPSJB-PV 920. D’après Martínez et al., 2004.
  • Epachthosaurus est un titanosaure basal découvert en 1981 par le célèbre paléontologue argentin José Bonaparte, lors de fouilles effectuées sur le site d’Ocho Hermanos, dans la province de Chubut en Patagonie centrale. Les restes disponibles à cette époque étaient constitués d’une série de six vertèbres dorsales articulées, un sacrum partiel, un fragment du pédoncule pubien de l’ilion droit, et une vertèbre dorsale isolée, lesquelles ne firent l’objet d’une description scientifique qu’en 1990 par Jaime Powell. La vertèbre isolée (MACN-CH 1317) fut choisie pour être l’holotype de ce dinosaure, tandis que le reste du spécimen, conservé dans une gangue rocheuse particulièrement résistante, n’a pas été complètement préparé. Un moulage de ces éléments fut toutefois réalisé pour obtenir un paraplastotype (MACN-CH 18689).
  • Au cours des années 1990, plusieurs auteurs (Salgado et Martinez, 1993 ; Salgado, 1996 ; Sanz et al., 1999) firent remarquer que la plupart des caractères énumérés par Powell pour définir Epachthosaurus sont en fait ambigus ou plésiomorphiques. Seul un caractère, la présence d’une lame interprezygapophyséale sur l’holotype, est maintenu par Salgado (1996) pour conserver la validité d’Epachthosaurus. Powell avaient également assigné MACN-CH 18689 à Epachthosaurus grâce à la présence sur ce spécimen, des mêmes caractères qu’il avait reconnu sur l’holotype. Mais comme ces caractères ne sont plus diagnostiques et que MACN-CH 18689 ne semble pas avoir de lame interprezygapophyséale, Salgado (1996) considérait que l’inclusion de ce dernier parmi Epachthosaurus n’était pas justifié. La description par martinez et al. en 2004 d’un squelette articulé presque complet a confirmé l’appartenance de MACN-CH 18689 au genre Epachthosaurus (au passage, Martinez et al. font de ce dernier le paratype de l’espèce). En effet ce squelette montre sur ses vertèbres dorsales moyennes et postérieures des processus articulaires accessoires s’étendant ventrolatéralement de l’hyposphene, un caractère que l’on observe également chez MACN-CH 18689.


Caractères propres à ce dinosaure

Septième vertèbre caudale du spécimen UNPSJB-PV 920. D’après Martínez et al., 2004.
  • Epachthosaurus possède plusieurs caractères qui font de lui un titanosaure primitif. Il s’agit notamment de la rétention de l’articulation hyposphene-hypantrum sur les vertèbres dorsales (la majorité des titanosaures n’ont plus cette articulation ; mis à part Epachthosaurus, seul Andesaurus et Normanniasaurus la possède également, Novas, 2009 ; Le Loeuff et al., 2013) et aussi des lames préspinales bifurquées à leur base au lieu d’être non divisées comme chez les titanosaures plus avancés. Les vertèbres dorsales d’Epachthosaurus possèdent des centra plus large que haut et ont une surface ventrale aplatie. Ces vertèbres se distinguent également par leur pleurocoeles particulièrement développées, elles sont plus grandes que chez aucun autre titanosaure. Le sacrum compte six vertèbres dont seule la première possède des pleurocoeles. Toutes les vertèbres caudales (proximales, moyennes et distales) sont procoeles. Epachthosaurus est unique en ayant des vertèbres dorsales moyenne et postérieure pourvues de processus articulaires accessoires s’étendant ventrolatéralement de l’hyposphene ; par l’existence du complexe hyposphene-hypantrum sur les vertèbres caudales 1 à 14 ; et une réduction du nombre de phalanges des pieds.

Un squelette sans crâne, ni cou…

Disposition du squelette d’Epachthosaurus sciuttoi (UNPSJB-PV 920). Vue dorsale (A) ; vue antérieure du bassin et des membres postérieurs (B) ; vue latérale de l’ilion droit et du membre postérieur droit. Barres d’échelles : 1 m (A) ; 50 cm (B et C). D’après Martínez et al., 2004.
  • En 2004, le paléontologue Rubén Martínez co-décrivit un spécimen remarquable d’Epachthosaurus que lui et son équipe récoltèrent en 1986 (Sciutto et Martínez, 1994), toujours à Ocho Hermanos. Ce spécimen consiste en un squelette articulé (UNPSJB-PV 920) auquel manque le crâne, le cou, les quatre ou cinq premières vertèbres dorsales, et quelques vertèbres caudales distales. Le squelette reposait sur sa face ventrale avec les membres antérieurs étendus vers l’arrière, tandis que les membres postérieurs étaient fléchis, repliés sur eux-mêmes. Enfin, la queue s’étendait distalement et formait un arc de cercle ; seules quelques vertèbres distales étaient désarticulées. L’état du squelette, largement en connexion anatomique, et la disposition des membres, indiquent un enfouissement très rapide de la carcasse qui n’a sans doute pas subit de transport post mortem. Cet Epachthosaurus a probablement été enfouie à l’endroit même où il est mort. Il est probable que le crâne et le cou devaient être présents dans les sédiments. Mais ceux-ci ont dues être détruits par l’érosion avant la découverte du spécimen par les paléontologues (Martínez et al., 2004). Plusieurs vertèbres dorsales et des os de l’épaule ont également subit des dommages par l’érosion.

Le squelette complet de ce spécimen devait mesurer environ 14 m de long et appartenait donc à un individu un peu plus grand que l’holotype. En 2010, Casal et Ibiricu décrivent une vertèbre dorsale d’Epachthosaurus une fois et demi plus grande que la vertèbre équivalente de UNPSJB-PV 920, indiquant que ce sauropode pouvait atteindre une taille bien supérieure.

… et un crâne et un cou sans squelette

Crâne d’un titanosauriforme indéterminé découvert par Rubén Martínez en 1996 et provenant de Lagunos Palacios (Membre inférieur de la Formation Bajo Barreal.
  • En 1998 et 1999, Rubén Martínez signala la découverte dans la Formation Bajo Barreal, d’un crâne articulé et bien conservé d’un sauropode, associé à plusieurs vertèbres cervicales. Ce spécimen provient du site de Laguno Palacios (province de Chubut), lequel a également livré le coelurosaure Aniksosaurus. Il est possible que ce crâne et ce cou partiel, appartiennent à l’un des titanosauriformes chubutien du Membre inférieur de la Formation Bajo Barreal dont le cou et le crâne ne sont pas connus, c’est le cas d’Epachthosaurus d’Ocho Hermanos (qui est de loin le sauropode le plus abondant du Membre inférieur de la Formation Bajo Barreal) et d’Elaltitan trouvé un peu plus au sud près de la rivière Senguerr. Mais seule la découverte d’un nouveau spécimen montrant l’association entre crâne, cou et reste du squelette permettra de tester cette hypothèse. En attendant, il est probable que ce spécimen reçoive un nom à part entière, il est d’ailleurs parfois désigné sous le nom encore officieux de "Sarmientosaurus".


Publications

  • Powell, J. E. 1990. Epachthosaurus sciuttoi (gen. et sp. nov.) un dinosaurio sauropodo del Cretácico de Patagonia (Provincia de Chubut, Argentina). V Congreso Argentino de Paleontologia y Bioestratigrafia, Tucumán, Actas 1:123–128.
  • Salgado, L., and R. Martínez. 1993. Relaciones filogeneticas de los titanosauridos basales Andesaurus delgadoi y Epachthosaurus sp. Ameghiniana 30:339–340.
  • Sciutto, J. C. and R. D. Martínez. 1994. Un nuevo yacimiento fosilifero de la Formacion Bajo Barreal (Cretacico Tardio) y su fauna de sauropodos. Naturalia Patagónica, Ciencias de la Tierra 2:27-47.
  • Salgado, L. 1996. Pellegrinisaurus powelli nov. gen. et sp. (Sauropoda, Titanosauridae) from the Upper Cretaceous of Lago Pellegrini, northwestern Patagonia, Argentina. Ameghiniana, 33:355-365.
  • Martínez, R. 1998. An articulated skull and neck of Sauropoda (Dinosauria: Saurischia) from the Upper Cretaceous of central Patagonia, Argentina. Journal of Vertebrate Paleontology, 18(3):61A.
  • Martínez, R. 1999. Un cráneo y cuello articulado de Sauropoda (Dinosauria: Saurischia) del Cretácico Superior de Chubut. Ameghiniana 36(1): 105.
  • Sanz, J.L., Powell, J.E., Le Loeuff, J., Martínez, R., and Pereda Suberbiola, X. 1999. Sauropod remains from the upper Cretaceous of Laño (Northcentral Spain). Titanosaur phylogenetic relationships. Estudios del Museo de Ciencias Naturales de Álava 14 (Número Especial 1): 235-255.
  • Powell, J.E. 2003. Revisión of South American titanosaurid dinosaurs: palaeobiological, palaeobiogeographical and phylogenetic aspects. Records of the Queen Victoria Museum, 111:1-173.
  • Martínez, R.; Giménez, O.; Rodríguez, J.; Luna, M. & Lamanna, M. 2004. An articulated specimen of the basal Titanosaurian (Dinosauria: Saurópoda) Epachthosaurus sciuttoi from the Early Late Cretaceous Bajo Barreal Formation of Chubut Province, Argentina. Journal of Vertebrate Paleontology, 24(1):107-120.
  • Upchurch, P.; Barrett, P.M & Dodson, P. 2004. Sauropoda. In: D.B. Weishampel, P. Dodson & H. Osmólska (eds.) The Dinosauria, second edition. Berkeley and Los Angeles: University of California Press, p. 232-258.
  • Salgado, L. & Coria, R.A. 2005. Sauropods of Patagonia: Systematic update and Notes on Global Sauropod Evolution. In: V. Tidwell & K. Carpenter (eds.) Thunder-Lizards, the Sauropodomorph Dinosaurs. University of Indiana Press, p. 430-453.
  • Novas, F.E. 2009. Cretaceous sauropods. In: J.O. Farlow (ed.). The age of dinosaurs in South America, University of Indiana Press, p.167-238.
  • Casal, G. and Ibiricu, L. 2010. Materiales asignables a Epachthosaurus Powell, 1990 (Sauropoda: Titanosauria), de la Formación Bajo Barreal, Cretácico Superior, Chubut, Argentina [Materials assignable to Epachthosaurus Powell, 1990 (Sauropoda: Titanosauria), from the Bajo Barreal Formation, Upper Cretaceous, Chubut, Argentina]. Revista Brasileira de Paleontologia 13(3):247-256
  • Le Loeuff, J., Suteethorn, S. & Buffetaut, E. (2013) A new sauropod dinosaur from the Albian of Le Havre (Normandy, France). Oryctos 10: 23-30.