Quetzalcoatlus

De Paleowiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fiche descriptive

¤ Etymologie du nom: "Serpents à plumes"

¤ Position dans la classification: azhdarchidae

¤ Eres géologiques: Crétacé

¤ Taille estimée: 10,3 m d'envergure

¤ Poids estimé: 200-250 Kg

¤ Régime alimentaire: carnivore

¤ Répartition géographique: USA

¤ Découvert en: Douglas A. Lawson 1975



Les différentes espèces

Inventaire des fossiles retrouvés

Il est très difficile de donner un inventaire car malgré le nombre d'ossements retrouvés, aucune monographie n'a jamais été publiée sur ce genre. Il est surprenant que l'un des plus grands animaux ayant jamais volé, doive se contenter d'un articule succint sur quelques restes crâniens (Kellner & Langston, 1996). On dispose pourtant de bien plus de 100 ossements. Ceux-ci proviennent d'animaux différents et aucun squelette n'a jamais été trouvé, il s'agit d'éléments le plus souvents isolés ou quelques éléments que l'on peut rapporter à un seul individu. On a des éléments crâniens, indiquant que ce genre était longirostre, totalement édenté (comme tous les Azdarchoidea) et pourvu d'une petite crête sur la partie postéro dorsale du crâne. La fenêtre nasoantéorbitaire est grande, allégeant tout la partie postérieure du crâne. L'orbite est disposée très ventralement et est petite. Le crâne ressemble un peu tout proportion gardée, aux crânes des certains oiseaux échassiers comme les hérons et les marabous mais en plus gracile encore. On dispose aussi d'un bras d'un plus petit spécimen. Enfin certains os comme un humérus isolé indique que ce genre atteignait les 10 m d'envergure (si on compare au bras préservé du petit spécimen).

Caractères propres à ce reptile volant

Comme d'autres Neoazhdarchidae, Quetzalcoatlus avait une tête très longue. La plus grande partie de cette tête était constituée d'un très long bec très fin. Il a aussi un cou très long, un corps très réduit (70 cm la dimension du torse d'un homme adulte), une aile courte et des jambes longues.

Reconstitutions de la vie de ce reptile volant

La morphologie de Quetzalcoatlus est singulière mais caractéristique. (voir ci dessus). Il fait partie des neoazdharchidae longirostre (par opposition aux genres brévirostres comme Bakonydraco). Il fut sans aucun doute un des plus grand reptiles volants avec Arambourgiana et Hatzegopteryx. Il correspond à une tendance à la gigantisation des -Azdharchidae de la fin du crétacé. Certains ont même pensé que compte tenu de ses ailes relativement courtes il était même incapable de voler. D'après les dernières études de Witton et Habib (Witton & Habib, 2010) il semblerait que le genre pouvait bel et bien décoller et voler activement. Il est très difficile de proposer un modèle de mode de vie pour les Neozdharchidae. On a imaginé que ceux-ci étaient piscivore pratiquant le "skimming" mais aucun élément anatomique ne vient supporter cette idée. On les as vu comme des charognards ce qui est possible mais pas démontrable. La tendance actuelle est de les voir comme des prédateurs de proies terrestres modeste. Il ne fait aucun doute que la morphologie de leurs ailes ne les prédisposent pas à une très grande efficacité sur de longs vols battus. Ils semblent correspondre au standard des voiliers qui utilisent les thermiques (ailes très larges même si elles sont relativement courtes, thermal soarers)(Witton & Habib, 2010).

Leur appareil locomoteur semble indiquer de très bonnes aptitudes au déplacement sur le sol comme cela est corroboré par les traces trouvées en Corée et pour lequel l'ichnotaxon Haenamichnus a été créé. En étudiant cette piste (la plus longue connue pour un ptérosaure) elle indique un animal très à l'aise sur le sol, pratiquant une quadrupédie parfaitement efficace. L'allure semble indiquer que ces animaux pratiquaient l'amble càd mouvoir les deux membres du même côté avant de mouvoir les membres du côté opposé comme le font les girafes et les dromadaires comme la plupart des ptérosaures d'ailleurs (pied gauche, main gauche, pied droit, jambe droite). Comme certaines empruntes se chevauchent il est clair que la main quittait le sol avant que le pied du même côté ne soit posé indiquant une démarche unlilatérale très maîtrisée puisque l'animal ne repose que sur deux membres du même côté. Ce type d'allure n'est efficace que si on maîtrise parfaitement l'équilibre de l'ensemble du corps (très complexe compte tenu de la tête très longue et du très long cou qui déporte le poids en avant) et que l'on atteint une vitesse permettant d'annihiler le déséquilibre naissant du fait qu'on ne se trouve que sur deux points de contact. Cette piste a aussi permis de voir que les membres étaient placé près du corps en position de marche et non écartés comme chez les reptiles classiques.

On a aussi pu estimer la taille du genre qui l'a laissé. Surement pas beaucoup plus petit que les taxons de Neoazdharchidae les plus grands du répertoire fossile. Au total: L'hypothèse la plus en vigueur aujourd'hui fait des ces Pterodactyloides géants des sortes d'opportunistes qui avalaient tout ce qui passait à leur portée et qui avait une taille pas trop grande un peu comme les calaos terrestres d'Afrique. (Witton & Naish, 2008)

Galerie d'images

750px-Quetzalcoatlus.jpg

Actualités de ce reptile volant

Publications

  • L'encyclopedie des dinosaures et de la vie animale primitive, DAVID LAMBERT, Gallimard jeunesse
  • Atlas Jeunesse des Dinosaures, FORNARI GIULIANO, Mon livre de...
  • Kellner, A.W.A., and Langston, W. (1996). "Cranial remains of Quetzalcoatlus (Pterosauria, Azhdarchidae) from Late Cretaceous sediments of Big Bend National Park, Texas." Journal of Vertebrate Paleontology, 16: 222–231.
  • Lawson, D. A. (1975). "Pterosaur from the Latest Cretaceous of West Texas. Discovery of the Largest Flying Creature." Science, 187: 947-948.
  • Witton, M.P., and Naish, D. (2008). "A Reappraisal of Azhdarchid Pterosaur Functional Morphology and Paleoecology." PLoS ONE, 3(5): e2271.
  • Witton, M.P., Habib M.B. (2010). "On the Size and Flight Diversity of Giant Pterosaurs, the Use of Birds as Pterosaur Analogues and Comments on Pterosaur Flightlessness." PLoS ONE, 5(11): e13982.

Liens complémentaires

Par Eragon