Ligabueino

De Paleowiki
Aller à : navigation, rechercher

Fiche descriptive

¤ Etymologie du nom: "Petit Ligabue, se réfère à la petite taille de ce dinosaure, et honore le Dr. Giancarlo Ligabue, auteur d’un célèbre livre contribuant à la connaissance de la Patagonie, et partisan de la recherche en paléontologie des vertébrés (il a subventionné plusieurs expéditions)."

¤ Position dans la classification: Ceratosauria - Abelisauroidea - incertae sedis

¤ Eres géologiques: Crétacé inférieur (Barrémien - Aptien inférieur : ~ entre 130 et 120 millions d’années)

¤ Taille estimée: ~ 74 cm de long (spécimen juvénile)

¤ Poids estimé: ~ 810 grammes

¤ Régime alimentaire: carnivore

¤ Répartition géographique: Formation La Amarga, Province de Neuquén (La Amarga), Argentine.

¤ Découvert en:

Reconstitution spéculative de Ligabueino andesi. Artiste inconnu.



Les différentes espèces

L’adjectif spécifique se réfère aux Andes.

Inventaire des fossiles retrouvés

  • MACN-N 42 (Holotype), un squelette fragmentaire composé d’une grande partie d’un arc neural d’une vertèbre cervicale, un centrum de vertèbre dorsale, les arcs neuraux de deux vertèbres dorsales postérieures, une vertèbre caudale complète, une grande portion de l’ilion droit, les pubis incomplets, le fémur gauche complet, deux phalanges, et des fragments d’os indéterminés.


Caractères propres à ce dinosaure

Ligabueino andesi, ilion droit en vue latérale (A) et fémur gauche en vues antérieure (B) et postérieure (C). Barre d’échelle = 5 mm. D’après Novas et al., 2013.
  • Ligabueino est un très petit théropode découvert par les paléontologues Luis M. Chiappe, José Bonaparte et leurs assistants dans les niveaux inférieurs de la Formation La Amarga. Il n’est connu que par des restes fragmentaires de petite taille : le fémur mesure 6,2 cm, l’arc neural d’une vertèbre cervicale mesure 6 mm de large, et la vertèbre cervicale postérieure mesure 1,2 cm de large. José Bonaparte, qui décrivit le spécimen en 1996, reconnu dans ces maigres restes des caractères d’Abelisauroidea (comme la présence d’épipophyses bien développées sur l’arc neural cervical). Il déclara que bien que les restes disponibles soient trop fragmentaires pour attribuer avec certitude Ligabueino à l’une des deux familles d’Abelisauroidea (les Abelisauridae et les Noasauridae), il émis l’hypothèse que cet animal était probablement plus étroitement apparenté au Noasauridae en raison de la morphologie de l’arc neural des vertèbres cervicales et des phalanges du pied (ces dernières sont interprétées comme des phalanges de la main par Carrano et al., 2011).
  • Carrano et Sampson (2008) observent également des ressemblances avec les Noasauridae, il s’agit du condyle fibulaire du fémur qui est de forme bulbeuse en vue distale (comme chez Masiakasaurus), et du centrum de vertèbre dorsale qui est relativement allongé. Mais ces auteurs font remarquer que les fossiles fragmentaires de Ligabueino ne montrent pas de synapomorphies des Noasauridae.
  • Ligabueino est donc un très petit Abelisauroidea. Bonaparte (1996) considérait ce spécimen comme un adulte ou un subadulte car la vertèbre caudale complète montre que l’arc neural et le centrum sont fusionnés. Au contraire, Carrano et al. (2011) considèrent l’animal comme un très jeune individu en raison de l’absence de fusion entre les arcs neuraux et les centra des vertèbres cervicales et dorsales.


Publications

  • Bonaparte, J.F. (1996). Cretaceous tetrapods of Argentina: Müncher Geowissenschaftliche Abhandlung, A (30), pp. 73-130.
  • M.T. Carrano and S.D. Sampson (2008). The phylogeny of Ceratosauria (Dinosauria: Theropoda). Journal of Systematic Palaeontology 6(2):183-236.
  • Carrano, M.T., Loewen, M.A., & Sertich, J.J.W. (2011) New materials of Masiakasaurus knopfleri Sampson, Carrano, and Forster, 2001, and implications for the morphology of the Noasauridae (Theropoda: Ceratosauria). Smithsonian Contributions to Paleontology, v. 95, p. 1-53.
  • Novas, F.E., Agnolin, F.L., Ezcurra, M.D., Porfifi, J. & Canale, J.L. (2013). Evolution of the carnivorous dinosaurs during the Cretaceous: the evidence from Patagonia. Cretaceous Research, vol. 45, pages 174-215.