Jainosaurus

De Paleowiki
Aller à : navigation, rechercher

Fiche descriptive

¤ Etymologie du nom: "Nommé d’après le paléontologue indien Sohan L. Jain ; et du Grec sauros, lézard."

¤ Position dans la classification: Titanosauria

¤ Eres géologiques: Crétacé supérieur (Maastrichtien : ~ 70 à 65 millions d’années).

¤ Taille estimée: 16 à 18 m de long.

¤ Poids estimé:

¤ Régime alimentaire: herbivore

¤ Répartition géographique: Formation Lameta, région de Jabalpur (collines de Bara Simla et de Chhota Simla), Etat de Madhya Pradesh ; Rahioli, Etat de Gujarat, Inde ; et Formation Vitakri (autrefois connu comme le Membre Vitakri de la Formation Pab), Vitakri, Baloutchistan, Pakistan.

¤ Découvert en:



Les différentes espèces

L’adjectif spécifique septentrionalis signifie du nord car dans les années 1930, Huene et Matley considéraient ce titanosaure comme la première espèce du genre Antarctosaurus trouvée dans l’hémisphère nord.


Synonyme junior :

Antarctosaurus septentrionalis, Huene et Matley, 1933

Titanosaurus sp., Swinton, 1947

Inventaire des fossiles retrouvés

Boîte crânienne (lectotype, GSI K27/497) de Jainosaurus septentrionalis en vues postérieure (A) et antérieure (B). D’après Wilson el al., 2009.
  • GSI K27/497 Lectotype, une boîte crânienne et un toit crânien partiels.
  • Spécimens référés : une boîte crânienne partielle (ISI R162) ; des fragments de côtes (GSI K20/326, K27/425, aujourd’hui perdues) ; les scapulae gauche et droite (GSI non numérotée, originaux perdus mais un moulage disponible) ; un humérus droit (GSI non numérotée) ; un radius (GSI K27/490) ; et un ulna (GSI K27/491) provenant de Bara Simla. Un squelette partiel provenant de Chhota Simla est composé d’un fragment de côte dorsale (NHMUK R5935) ; un centrum de vertèbre caudale (NHMUK R16481) ; un humérus gauche (NHMUK R5931) ; l’extrémité proximale de l’humérus droit (NHMUK R5932) ; un radius droit (NHMUK R5933) ; et un membre postérieur gauche articulé comprenant le fémur, le tibia et la fibula (NHMUK R5903). D’autres spécimens dont plusieurs humérus provenant du Gujarat en Inde et du Baloutchistan au Pakistan, présentent les caractéristiques de l’humérus de Jainosaurus septentrionalis et appartiennent sans doute à cette espèce.


Historique des découvertes

Boîte crânienne (ISI R162) de Jainosaurus septentrionalis en vues postérieure (A et B) et latérale gauche (C et D). Barre d’échelle = 5 cm. D’après Wilson el al., 2009.
  • En 1933, Huene et Matley décrivirent des restes de sauropodes (une boîte crânienne et des éléments postcrâniens) du Crétacé supérieur de la colline de Bara Simla près de Jabalpur en Inde, qu’ils attribuèrent à une nouvelle espèce d’Antarctosaurus (Antarctosaurus septentrionalis), un genre qui fut nommé six ans plus tôt par Huene à partir de spécimens trouvés en Argentine. Beaucoup plus tard, des comparaisons entre les spécimens indiens et argentins révélèrent que A. septentrionalis n’était pas étroitement apparenté à l’espèce type A. wichmannianus (McIntosh, 1990), et en 1994, Hunt et al. placèrent l’espèce indienne dans un nouveau genre qu’ils nommèrent Jainosaurus. Pendant des décennies, les restes postcrâniens de ce sauropode restèrent introuvables dans les collections indiennes, mais heureusement, ils furent retrouvés récemment (incluant des éléments originaux et un moulage de la scapula). Grâce à la redécouverte de ces spécimens, Wilson et al. (2009) redécrivirent l’anatomie de Jainosaurus septentrionalis confirmant la validité de l’espèce. Ils identifièrent aussi de nouveaux caractères diagnostiques parmi les éléments postcrâniens, en particulier chez l’humérus. Ils signalent également que divers éléments postcrâniens (dont plusieurs humérus) provenant de la colline de Choota Simla à Jabalpur, ainsi que de l’Etat indien de Gujarat, et du Baloutchistan au Pakistan appartiennent aussi à Jainosaurus septentrionalis. En 2011, Wilson et al. redécrivent et attribuent à Jainosaurus, un squelette partiel de la colline de Choota Simla découvert dans les années 1930 par Matley et attribué à Titanosaurus sp. par Swinton en 1947. Ce spécimen comprend des éléments des membres antérieurs, un centrum de vertèbre caudale et le premier membre postérieur du genre Jainosaurus. Cet individu est plus petit (humérus de 95 cm) que le spécimen de Bara Simla (humérus incomplet de 133 cm).
  • Malkani (2004, 2006 et 2008) décrivit plusieurs espèces de titanosaures (Khetranisaurus barkhani, Marisaurus jeffi, Pakisaurus balochistani, Sulaimanisaurus gengerichi, et Balochisaurus malkani) de la Formation Vitakri (ou Formation Pab) au Pakistan sur la base d’ossements isolés plus ou moins bien conservés. Malkani classa ces titanosaures dans deux groupes qu’il nomma les Pakisauridae et les Balochisauridae lesquels sont censés différer dans la forme des centra des vertèbres caudales et la robustesse des os des membres, entre autres caractéristiques. Pour Wilson et al. (2011) cette division bipartite des titanosaures pakistanais reflète la division des titanosaures indiens en deux genres, Jainosaurus et Isisaurus, dont Wilson et al. (2005, 2009, 2011) ont rapportés la présence au Pakistan. Il semble donc que les faunes de sauropodes des Formations Vitakri et Lameta se chevauchent considérablement. Malheureusement, il n'y a pas encore eu de comparaison systématique des spécimens de sauropodes indiens et pakistanais (voir Malkani 2004, 2006, 2008 et références citées), et il reste une forte possibilité que la plupart des restes de sauropodes de la Formation Vitakri appartiennent à Isisaurus et Jainosaurus. Sur la base de l'examen des planches publiés par Malkani (2006 et références citées) et l'examen d'une partie de la collection de la Formation Vitakri (JA Wilson, obs. Pers.), Wilson et al. (2011) considèrent que les cinq espèces de titanosaures nommées par Malkani ne sont très probablement pas valides. Donc, pour Wilson et al. (2011), bien qu’il soit possible que d’autres espèces de titanosaures aient existés sur le sous-continent indo-pakistanais, il n’existe actuellement que des preuves de l’existence de deux espèces, Jainosaurus septentrionalis et Isisaurus colberti.

Caractères propres à ce dinosaure

Scapulae gauche et droite (non numérotée) de Jainosaurus septentrionalis en vue latérale (D) ; humérus droit en vue antérieure (E) ; radius et ulna (F). D’après Huene et Matley, 1933 et Wilson et al., 2009..
Humérus droit (GSI non numérotée) de Jainosaurus septentrionalis en vue antérieure (A) et postérieure (B). D’après Wilson et al., 2009.
  • Jainosaurus est caractérisé par un éperon allongé sur le prootique qui s’étend jusqu’au processus basipterygoïde ; une crête deltopectorale de l’humérus orienté obliquement ; un renflement proximolatéral sur la crête deltopectorale de l’humérus, lequel présente une fosse deltopectorale antéropostérieurement mince ; et une extrémité distale de l’humérus dont le condyle radial est antérieurement élargit.
  • Jainosaurus diffère de l’autre titanosaure indo-pakistanais, Isisaurus, par l’orientation du condyle occipital par rapport à l’occiput, la forme du basal tubera, les différences de proportions de la scapula (plus longue et plus mince chez Jainosaurus) qui présente aussi une crête longitudinale prononcée (absente chez Isisaurus) qui s’étend de la fosse acromiale à la moitié de la lame scapulaire, un humérus à l’extrémité proximale beaucoup plus large, avec une crête deltopectorale placée plus distalement, et un ulna plus robuste et à section subrectangulaire (cet os est plus gracile et présente une section triradiée chez Isisaurus). L’humérus de Jainosaurus se distingue aussi de celui d’Isisaurus par les autres caractères mentionnés plus haut.
  • Jainosaurus étant connu principalement par les os de ses membres, il est difficile de reconstituer les proportions et la silhouette de ce titanosaure. Un humérus incomplet dont la partie conservée est longue de 1,33 m, indique un animal pouvant atteindre 16 à 18 m de long ce qui correspond à un titanosaure de taille moyenne.


Paléobiogéographie

Carte de l’Inde et du Pakistan montrant diverses localités à restes de titanosaures : Dongargaon, Jabalpur (Bara Simla et Chhota Simla), Pisdura, Rahioli et Vitakri). D’après Wilson et al., 2009.
  • Jainosaurus vivait sur le sous-continent indien (qui en fait englobait non seulement l’Inde, mais aussi une bonne partie du territoire actuel du Pakistan) qui, au Crétacé supérieur, était une île continent qui n’était pas encore entrée en collision avec l’Asie (où la faune dinosaurienne était bien différente). En effet, les dinosaures indo-pakistanais du Crétacé supérieur sont typiquement d’origine gondwanienne et sont proches des dinosaures qui vivaient à la même époque à Madagascar et en Amérique du Sud. Ainsi, Jainosaurus semble particulièrement proche du titanosaure Malgache Vahiny. Jainosaurus présente aussi des similitudes avec les titanosaures argentins Antarctosaurus, Pitekunsaurus et Muyelensaurus, lesquels semblent toutefois lui être moins étroitement apparentés (Wilson et al., 2009 et 2011). Jainosaurus cohabitait avec un autre titanosaure, Isisaurus, lequel semble proche des lognkosaures, des titanosaures sud-américains au cou très massif (González-Riga, 2005 ; Wilson et al., 2011). Ces deux sauropodes constituaient des proies potentielles pour de grands théropodes de la famille des Abelisauridae tels que Rajasaurus (qui présente des ressemblances avec le Majungasaurus de Madagascar) et Rahiolisaurus (si ce dernier est bien un animal distinct du précédent), alors que le petit Noasauridae Laevisuchus ne devait pas être un danger pour des titanosaures adultes.

Galerie d'images

Actualité de ce dinosaure

Publications

  • Huene, F. von and Matley, C. A. 1933. Cretaceous Saurischia and Ornithischia of the Central Provinces of India. Palaeontologia Indica, 21, 1–74.
  • Swinton, W. E. 1947. New discoveries of Titanosaurus indicus Lyd. Annals and Magazine of Natural History (Series 11), 14, 112–123.
  • Mcintosh, J. S. 1990. Sauropoda. 345–401. In Weishampel, D. B., Dodson, P. And Osmólska, H. (eds). The Dinosauria. University of California Press, Berkeley, 733 pp.
  • Hunt, A. P., Lockley, M. G., Lucas, S. G. And Meyer, C. A. 1994. The global sauropod fossil record. Gaia, 10, 261–279.
  • Malkani , M. S. 2004. Saurischian dinosaurs from Late Cretaceous of Pakistan. 71–73. In Hussain, S. S. and Akbar, H. D. (eds). 5th Pakistan Geological Congress, April 14–15, Islamabad, Pakistan. National Geological Society of Pakistan, Pakistan Museum of Natural History (Pakistan Science Foundation), Islamabad.
  • Wilson, J.A., Malkani , M. S. and Gingerich, P. D. 2005. A sauropod braincase from the Pab Formation (Upper Cretaceous, Maastrichtian) of Balochistan, Pakistan. Gondwana Geological Magazine, 8, 101–109.
  • González-Riga, B. J. 2005. Nuevos restos fósiles de Mendozasaurus neguyelap (Sauropoda, Titanosauria) del Cretácico Tardío de Mendoza, Argentina. Ameghiniana, 42, 535–548.
  • Malkani , M. S. 2006. Biodiversity of saurischian dinosaurs from the latest Cretaceous Park of Pakistan. Journal of Applied and Emerging Sciences, 1, 108–140.
  • Malkani , M. S. 2008. Mesozoic continental vertebrate community from Pakistan – an overview. Journal of Vertebrate Paleontology, 28(Suppl. 3), 111A.
  • Wilson, J.A., D’emic, M. D., Curry Rogers, K., Mohabey, D. M. and Sen, S. 2009. Reassessment of the sauropod dinosaur Jainosaurus (=Antarctosaurus) septentrionalis from the Upper Cretaceous of India. Contributions of the Museum of Paleontology, University of Michigan, 32, 17–40.
  • Wilson, J. A., Barrett, P. M. and Carrano, M. T. (2011). An associated partial skeleton of Jainosaurus cf. septentrionalis (Dinosauria: Sauropoda) from the Late Cretaceous of Chhota Simla, Central India. Palaeontology, 54: 981–998.