Histriasaurus

De Paleowiki
Aller à : navigation, rechercher

Fiche descriptive

¤ Etymologie du nom: "De Histria, le nom Latin de l’Istrie, la région de Croatie d’où provient le spécimen, et du Grec sauros, lézard."

¤ Position dans la classification: Diplodocoidea - Rebbachisauridae

¤ Eres géologiques: Crétacé inférieur (Hauterivien supérieur – Barrémien inférieur : ~ entre 131 et 128 millions d’années).

¤ Taille estimée:

¤ Poids estimé:

¤ Régime alimentaire: herbivore

¤ Répartition géographique: Istrie (Kolone, près du village de Bale), Croatie.

¤ Découvert en:

Histriasaurus boscarollii, vertèbre dorsale postérieure en vues postéro-latérales. D’après Dalla Vecchia, 1999.



Les différentes espèces

L’adjectif spécifique honore Dario Boscarolli, le découvreur du site de Kolone.


Inventaire des fossiles retrouvés

  • WN-V6 125R Holotype, une vertèbre dorsale postérieure presque complète.


Découverte

  • Histriasaurus est le premier et à ce jour unique dinosaure de Croatie a avoir été décrit. Il n’est actuellement connu que par une vertèbre dorsale postérieure découverte sur le site de Kolone, dans l’ouest du pays. Le site de Kolone présente une configuration très particulière en étant localisé sur le rivage de la côte ouest de la péninsule d’Istrie. Les calcaires principalement lacustres qui contiennent les ossements de dinosaures (qui semblent être présents en grand nombre) sont largement immergés par les eaux de la Mer Adriatique, ce qui explique que seul un nombre limité de spécimens (environ 200) ont été recueillis (Dalla Vecchia, 1998 ; Boscarolli et Dalla Vecchia, 1999). La plupart de ces spécimens ont été prélevés soit sur la plage, soit sur le fond marin, dans les deux cas libérés par l’érosion et le plus souvent réduits à l’état de fragments. La plupart de ceux-ci ont également subi des dommages supplémentaires comme des trous percés par des invertébrés marins et des incrustations d’algues calcaires. Par contre, les quelques spécimens trouvés encore enchâssés dans leur gangue de roche étaient en revanche très bien conservés. C’est justement le cas de l’holotype d’Histriasaurus. Les restes de sauropodes dominent largement l’échantillonnage et selon Dalla Vecchia, les différences de tailles et de morphologies entre différents ossements suggèrent la présence probable de plusieurs individus appartenant à deux ou trois espèces distinctes. Il est possible que certains de ces ossements appartiennent aussi à Histriasaurus, mais comme ces restes ont été récoltés de façons isolées, leur attribution à ce genre est incertaine.


Caractères propres à ce dinosaure

Histriasaurus boscarollii, vertèbre dorsale postérieure en vue postéro-lventrale. D’après Dalla Vecchia, 1999.
  • Histriasaurus n’est donc connu par une unique vertèbre dorsale postérieure. Celle-ci montre un arc neural relativement élevé et de longues diapophyses fortement inclinées vers le haut (formant un angle d’environ 45°). L’articulation hyposphene-hypantrum est présente, et l’épine neurale est non divisée (mais seule sa portion inférieure est conservée). L’arc neural est un treillis de lames minces et larges. Le centrum est relativement petit est allongé. Les faces articulaires sont circulaires et les faces latérales portent de grandes pleurocoeles.
  • Pour Dalla Vecchia, ce spécimen représente un nouveau taxon en raison de la présence combinée d'un complexe hyposphene-hypantrum , une lame suprapostzygapophyséale externe bien développée s'étendant parallèlement à l'axe de la colonne vertébrale et une forte inclinaison (environ 45 °) des longues diapophyses (le premier et le troisième caractère ont par la suite aussi été trouvés chez d’autes rebbachisauridés). Dalla Vecchia observe aussi des similitudes avec les vertèbres dorsales de Rebbachisaurus (l’auteur utilisa à l’époque pour sa comparaison, l’espèce argentine R. tessonei, laquelle est aujourd’hui reversée dans le genre Limaysaurus). La présence de l’articulation hyposphene-hypantrum indique qu’Histriasaurus est un rebbachisauridé relativement primitif ; il est d’ailleurs actuellement le plus ancien représentant de ce groupe de diplodocoïdes, et est l’un des rares découverts en Europe, puisque ce groupe est surtout connu en Afrique du Nord et en Amérique du Sud.


Paléobiogéographie

  • Bien que très fragmentaire, la découverte d’Histriasaurus est importante car elle apporte des informations sur les échanges fauniques entre l’Europe et l’Afrique durant le Crétacé inférieur. Le territoire actuel de la Croatie faisait partie d’une vaste plateforme carbonatée, la plateforme Adriatique-Dinarique, qui incluait également une partie de l’Italie, la Slovénie, l’ouest de la Bosnie et du Monténégro. Au Crétacé inférieur cette plateforme Adriatique-Dinarique aurait été reliée à une autre plateforme carbonatée, la plateforme Apulienne, elle-même connectée à l’Afrique du Nord. Ces plateformes carbonatées étaient en grande partie recouverte par les eaux de la Téthys, mais des émersions temporaires permirent des échanges fauniques entre ces terres émergées nouvellement formées et le continent africain (Dalla Vecchia, 2002).


Publications

  • Dalla Vecchia F.M., (1998). Remains of Sauropoda (Reptilia, Saurischia) in the Lower Cretaceous (Upper Hauterivian/Lower Barremian) limestones of SW Istria (Croatia). Geologia Croatica, 51(2): 105-134.
  • Boscarolli D. & Dalla Vecchia F.M. (1999) The Upper Hauterivian-Lower Barremian dinosaur site of Bale/Valle (SW Istria, Croatia). Natura Nascosta 18: 1–5.
  • Dalla Vecchia, F. (1999). Atlas of the sauropod bones from the Upper Hauterivian–Lower Barremian of Bale/Valle (SW Istria, Croatia). Natura Nascosta 18: 6–41.
  • Dalla Vecchia, F.M. (2002). Cretaceous dinosaurs in the Adriatic−Dinaric carbonate platform (Italy and Croatia): paleoenvironmental implications and paleogeographical hypotheses. Memoria della Società Geologica Italiana 57: 89–100.