Diplodocus

De Paleowiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fiche descriptive

¤ Etymologie du nom: "Double poutres"

¤ Position dans la classification: Diplodocidae -> Diplodocinae

¤ Eres géologiques: Jurassique supérieur (161.2-145.5 MA)

¤ Taille estimée: 33 m de long.

¤ Poids estimé: 20 à 25 tonnes

¤ Régime alimentaire: Herbivore

¤ Répartition géographique: USA (Colorado, Wyoming, Utah)

¤ Découvert en: 1877



Les différentes espèces

  • D.longus (Marsh, 1878)
  • D.lacustris (Marsh, 1884)
  • D.carnegii (Hatcher, 1901)
  • D.hayi (Holland, 1924)
  • D.hallorum (Gillette, 1991, anciennement Seismosaurus)

Inventaire des fossiles retrouvés

  • D.longus: deux crânes, plusieurs vertèbres caudales.
  • D.lacustris: un fragment de mâchoire.
  • D.carnegii: cinq squelettes incomplets, deux crânes, et nombreux éléments isolés.
  • D.hayi: un squelette incomplet, avec un crâne fragmentaire.
  • D.hallorum: un squelette incomplet.

Caractères propres à ce dinosaure

Les premiers restes d'un grand Sauropode furent découverts par Williston en 1877, dans une ferme non loin de Canyon City, Colorado. Les terrains datent du Kimmeridgien-Tithonien. Ce fut son patron, O.C Marsh, qui les décrivit l'année suivante sous le nom de Diplodocus longus; il doit son nom à l'aspect inhabituel des chevrons qui étaient placés sous la queue. Dans les années qui suivirent, de nouveaux éléments fragmentaires furent mis au jour dans le Colorado et le Wyoming. En 1899, on retrouva deux squelettes incomplets, mais en connexion, dans le Wyoming. Hatcher put alors fournir une reconstitution précise du Sauropode, en associant ces squelettes aux autres restes.

Le plus grand spécimen de D.longus fait un peu plus de 27 mètres de long; néanmoins, son poids était sans rapport avec son gigantisme, puisqu'il devait peser au plus 20-25 tonnes. Son crâne chevalin est très petit en comparaison avec le reste du corps; le museau est long et large, avec des dents en cheville, regroupées à l'avant de la mâchoire (caractéristique chez les Neosauropoda). Les orbites sont placées sur les faces latérales du crâne, et les narines s'ouvrent en haut de la tête, quasiment au niveau des orbites. Le cou est effilé, et comporte 15 vertèbres allongées; celles-ci sont perforées de cavités, permettant une réduction de poids. Le dos est composé de 10 vertèbres seulement, aux longues épines et aux profonds pleurocoeles. La longue queue, composée d'environ 73 vertèbres, se termine en lanière de fouet. Les membres antérieurs, en forme de colonne, se terminent par une courte et large main, comptant cinq doigts; seul le doigt I porte une griffe courbe, les autres se terminent par un coussinet arrondi. Les postérieurs, portés par un puissant bassin soutenu par cinq vertèbres sacrales fusionnées, sont légèrement plus longs que les antérieurs, raison de l'inclinaison du dos. Le pied a cinq doigts, dont le I et le II portent une griffe.

Reconstitution de la vie de ce dinosaure

Le Diplodocus adulte pouvait brouter la cime des cyclades, des ginkgos et des divers conifères présents à l'époque. Ses dents ratissaient les végétaux et ceux-ci étaient ensuite broyés dans l'estomac, à l'aide de gastrolithes. Diplodocus vivait vraisemblablement en troupeau, et devait migrer une fois qu'il avait épuisé les ressources alimentaires d'une région. Il avait peu de défense, hormis sa taille et la fait de vivre en troupeau; les prédateurs, divers et variés au Kimmeridgien, ne devaient s'en prendre qu'aux jeunes et aux individus faibles ou âgés.

Galerie d'images

Diplodocus.jpg

Actualités de ce dinosaure

Culture

Publications

  • Marsh, O.C. (1884) Principal characters of American Jurassic dinosaurs. Part VII. On the Diplodocidae, a new family of the Sauropoda. Amer. Jour. Sci. 3 pp. 160-168
  • Osborn, H. F. (1899). A skeleton of Diplodocus. Mem. Am. Mus. Nat Hist. 1:191-214
  • Hatcher, J. B. (1901). Diplodocus (Marsh): Its osteology, taxonomy, and probable habits, with a restoration of the skeleton. Mem. Carnegie Mus. 1: 1-63
  • Holland, W.J. (1924). The skull of Diplodocus. Mem. Carnegie Mus. 9: 379-403
  • McIntosh, J.S., and Carpenter, K., (1998) The holotype of Diplodocus longus, with comments on other specimens of the genus: Modern Geology, v. 23, nos. 1-4, p. 85-110
  • Lucas S, Herne M, Heckert A, Hunt A, and Sullivan R., 2004. Reappraisal of Seismosaurus, A Late Jurassic Sauropod Dinosaur from New Mexico. The Geological Society of America, Denver Annual Meeting (November 7–10, 2004). Retrieved on 2007-05-24.
  • Lucas, S.G., Spielman, J.A., Rinehart, L.A., Heckert, A.B., Herne, M.C., Hunt, A.P., Foster, J.R., and Sullivan, R.M. (2006). Taxonomic status of Seismosaurus hallorum, a Late Jurassic sauropod dinosaur from New Mexico. In Foster, J.R., and Lucas, S.G.. Paleontology and Geology of the Upper Morrison Formation. New Mexico Museum of Natural History and Science (bulletin 36). pp. 149–161. ISSN 1524-4156.

Liens complémentaires