Tarascosaurus

De Paleowiki
Aller à : Navigation, rechercher

Fiche descriptive

¤ Etymologie du nom: "Du provençal "tarasco", (la Tarasque, un dragon des légendes provençales) et du Latin "saurus""

¤ Position dans la classification: Abelisauroidea

¤ Eres géologiques: Crétacé supérieur (Campanien inférieur: 83-78 MA.)

¤ Taille estimée: 3 à 4 mètres de long

¤ Poids estimé:

¤ Régime alimentaire: carnivore

¤ Répartition géographique: Le Beausset, Var, France

¤ Découvert en: ...

Les différentes espèces

L’espèce fait référence aux Salluves ("Salluvii"en Latin), un peuple gaulois des environs de Marseille.

Inventaire des fossiles retrouvés

  • PSL 330201 (Holotype) : une moitié proximale d’un fémur gauche.
  • PSL 330202 Paratype : deux fragments de vertèbres dorsales articulées.
  • Matériel référé : PSL 330203, un centrum d’une vertèbre caudale.

Caractères propres à ce dinosaure

  • Les circonstances de la découverte du Tarascosaurus sont assez obscures puisque les ossements qui ont servi à sa description ont été retrouvés il y a quelques années dans les collections de l'université de Lyon, sans plus de détail sur leur découverte si ce n'est qu'ils ont été trouvés dans les couches campaniennes du Beausset dans le Var. Ces couches appartiennent au "Fuvélien" (= Campanien inférieur), des calcaires gris probablement formés au fond d'un lac d'eau douce.
  • Malheureusement, ces restes fragmentaires et mal conservés ne permettent pas une étude suffisante. Ils ne permettent en tout cas pas de distinguer les caractères diagnostiques des Abelisauridae. Rauhut (2003) considère d'ailleurs ce genre comme un Nomen dubium. Toutefois, Carrano et Sampson (2008) considèrent Tarascosaurus comme un probable Abelisauroidea d’après les caractères suivants : fémur proximal ayant un petit trochanter pourvu d’un foramen proéminent à son extrémité proximale ; tête fémorale orientée craniomédialement ; vertèbres dorsales ayant des arcs neuraux hautement pneumatisés et des centra comparativement peu pneumatisés (ce qui rappelle les abélisauridés) ; arc neural craniocaudalement court (ressemblant à ce que l’on observe chez Majungasaurus).
  • Ce que l’on peut dire c’est que l’animal à qui appartenait ces maigres restes était de dimension modeste, de l’ordre de 3 ou 4 m de long. Il est difficile de dire si ces restes sont ceux d’un adulte de petite taille ou ceux d’un animal mort avant d’avoir atteint l’âge adulte.
  • Tarascosaurus est donc un animal qui n’est pas très bien défini et qui a tendance à devenir un taxon poubelle. En effet, on a la mauvaise habitude d’attribuer à ce genre tous les restes de grands théropodes découverts dans le Crétacé supérieur de France (et d’Espagne), y compris des spécimens provenant de niveaux stratigraphiques différents à l’intérieur du Campanien et du Maastrichtien. Il y a peu de chance qu’une même espèce d’abélisauridé est persistée du Campanien inférieur au Maastrichtien inférieur (il y a 83 à 70 millions d’années). Il est plus probable que plusieurs espèces de ces grands théropodes se soient succédées durant ces treize millions d’années (et davantage si ces animaux étaient également présents au Maastrichtien supérieur en Europe). On ne peut pas écarter aussi la possibilité qu’au moins deux espèces aient pu coexistées à un moment donné.
  • Récemment, des ossements crâniens et postcrâniens d’un grand théropode ont été découverts dans un autre site varois géologiquement plus récent (Campanien supérieur ou Maastrichtien inférieur) que le site ayant livré les fossiles de Tarascosaurus. Ces nouveaux restes bien conservés, appartiennent sans doute possible à un Abelisauridae (et représente un nouveau genre) et vont enfin permettrent de clairement définir le premier abélisauridé indiscutable d’Europe (Tortosa et al., 2010 ; Ősi et al., 2011).

Reconstitution de la vie de ce dinosaure

Galerie d'image

Tarascosaurus fémur.jpg Fémur gauche incomplet en vues médiale (E), latérale (F) et proximale (G). Modifié d’après Ősi et al., 2011).

Pour en savoir plus

Actualités de ce dinosaure

Publications

  • Jean Le Loeuff and Eric Buffetaut (1991). Tarascosaurus salluvicus nov. gen., nov. sp.,dinosaure théropode du Crétacé supérieur du Sud de la France - (Tarascosaurus salluvicus nov. gen., nov. sp., a theropod dinosaur from the upper Cretaceous of Southern France). Geobios, Volume 24, Issue 5, 1991, Pages 585-594. Abstract
  • Ronan Allain, Xabier Pereda Suberbiola (2003). Dinosaurs of France. Comptes-Rendus Palevol: vol.2, n°1: p.27-44. Lire en ligne
  • O.W.M. Rauhut (2003). The interrelationships and evolution of basal theropod dinosaurs. Special Papers in Palaeontology 69:1-213.
  • M.T. Carrano and S.D. Sampson (2008). The phylogeny of Ceratosauria (Dinosauria: Theropoda). Journal of Systematic Palaeontology 6(2):183-236
  • Tortosa T., Buffetaut E., Dutour Y., Cheylan G. (2010). Abelisaur remains from Provence (Southeastern France): phylogenetic and paleobiogeographic implications, Abstrac volume, 8th EAVP meeting, Aix-en-Provence.p.82.
  • Ősi, A. and Buffetaut, E. (2011). Additional non-avian theropod and bird remains from the early Late Cretaceous (Santonian) of Hungary and a review of the European abelisauroid record. Annales de Paléontologie, Volume 97, Issue 1, Pages 35-49.

Liens complémentaires