Catégorie:Spinosauridae

De Paleowiki
Aller à : navigation, rechercher

Classification des Spinosauridae

La classification des Spinosauridae a été très controversée parmi les paléontologues. L’idée que Baryonyx et Spinosaurus furent des formes relativement proches fut défendue pour la première fois par Paul (1988) et Buffetaut (1989a, 1992) et est généralement acceptée par l’ensemble des paléontologues ayant étudié les Spinosauridae (Kellner et Campos, 1996 ; Charig et Milner, 1997 ; Taquet et Russell, 1998 ; Sereno et al., 1998). Charig et Milner (1997) placent Spinosaurus et Baryonyx dans deux familles distinctes, respectivement les Spinosauridae et les Baryonychidae et incluent ces deux familles dans la superfamille des "Spinosauroidea", un arrangement systématique qui fut poursuivit par Naish et al. (2001). Cependant, Sereno et al. (1998) donnent à ces taxons des rangs inférieurs en définissant les deux sous-familles Spinosaurinae et Baryonychinae qui se trouvent incluses dans la famille des Spinosauridae. Cette proposition a été suivie par Buffetaut et Ouaja (2002) et par les auteurs des dernières publications scientifiques sur les Spinosauridae (ex. Ruiz-Omeñaca et al., 2005; Dal Sasso et al., 2005). Les genres qui se classent dans les deux sous-familles sont forts discutés.



Buffetaut et Ingavat (1986) décrivent des dents trouvées dans la Formation de Sao Khua du Jurassique supérieur du Nord-est de Thaïlande et définissent sur base de celles-ci la nouvelle espèce Siamosaurus suteethorni référée provisoirement à la famille des Spinosauridae. Celle-ci fut remise en cause par Sues et al. (2002) qui estiment que le matériel est insuffisant pour établir des affinités avec les Spinosauridés. Des découvertes ultérieures ont cependant pu confirmer l’existence des Spinosauridés en Asie du Sud-est (Buffetaut et Suteethorn 1998; Buffetaut et al., 2004) qui ne sont pour l’instant connus en Thaïlande que par des dents et des restes postcrâniens (Buffetaut et Suteethorn, 1998; Buffetaut et al., 2004 ; Buffetaut pers. commun.). Enfin, Nessov (1995) et Hasegawa et al. (2003) ont décrit des dents provenant respectivement de la Formation de Bissekty d’Ouzbékistan datée du Coniacien et de la Formation de Sebayashi de Gunma du Japon datée du Crétacé inférieur et qui pourraient appartenir à des Spinosauridés.

Distribution paléogéographique des Spinosauridae

Apparition des Spinosauridae

La plus ancienne évidence possible de spinosauridés dans le monde correspond à des dents rapprochées à Baryonyx et provenant de l’Hautérivien d’Ashdown Sand dans le Sussex (Charig et Milner, 1997) ainsi que de la Province de Burgos (Torcida Fernãndez et al., 1997) et de La Cantalera (Ruiz-Omeñaca et al., 2005).

Les premiers Baryonychinae sont représentés par le genre Baryonyx présent dans le Barrémien d’Europe en Angleterre (Charig et Milner, 1986, 1990, 1997 ; Naish et al., 2001) et en Espagne (Vierra et Torres, 1995; Ruiz-Omeñaca et al., 1998; Torcida Fernãndez et al., 2003). Des dents isolées de l’Aptien d’Espagne ont aussi été rapprochées à Baryonyx (Torcida Fernãndez et al., 1997 ; Canudo et al., 2004). Des baryonychinés (Cristatusaurus lapparenti et Suchomimus tenerensis) rapprochés au genre Baryonyx sont connus également dans la formation d’Elrhaz du désert du Ténéré au Niger (Taquet, 1984; Taquet et Russell, 1998; Sereno et al., 1998) datée par ces auteurs à l’Aptien bien que Ouaja et Buffetaut (2002) estiment cette datation incorrecte.

Les Spinosaurinae apparaissent quant à eux en Afrique avec la présence de Spinosaurus en Tunisie (Bouaziz et al. 1988) et en Algérie (Djoua : Stromer, 1915; Gara Samani: Taquet et Russell, 1998) à l’Albien. L’espèce Spinosaurus aegyptiacus a également été trouvée dans le Cénomanien d’Egypte (Stromer, 1915, 1936) et du Maroc (Buffetaut, 1989a, 1989b; Russell, 1996; Dal Sasso et al., 2005). Les Spinosaurinae d’Amérique du Sud (Irritator challengeri et Angaturama limai) ont été uniquement découverts dans la formation de Santana au Brésil datée de l’Albien. La forme encore énigmatique de Siamosaurus suteethorni découverte en Thaïlande est connue dans la formation de Sao Khua datée probablement de l’Hautérivien ou du Barrémien (Buffetaut et Ouaja, 2002) et de Khok Kruat de l’Aptien ou de l’Albien (Buffetaut et Ouaja, 2002).

Relations phylogénétiques entre Spinosaurinae et Baryonychinae

D’après Buffetaut et Ouaja (2002), la présence en Afrique des Baryonychinae durant l’étage supposé Aptien et celles des Spinosaurinae pendant l’Albien et le Cénomanien laisse penser que les Baryonychinae ont été remplacés par les Spinosaurinae durant ou non loin de la limite Albien – Aptien. Taquet (1976) fait remarquer que la faune de l’Albien (et du Cénomanien) du Nord de l’Afrique et celle du Niger, plus âgée, diffèrent. Il note que « le théropode Carcharodontosaurus et le poisson Onchopristis numidus semblent être absent avant l’Albien. » Les découvertes de Carcharodontosaurus à l’Aptien en Tunisie démontrent cependant que ce théropode est présent en Afrique avant l’Albien (Benton et al., 2004). Buffetaut et Ouaja (2002) notent que la distribution temporelle des Baryonychinae et des Spinosaurinae semble néanmoins supporter l’existence d’un changement de faune entre l’Aptien et l’Albien. La nature du remplacement des Baryonychinae et des Spinosaurinae en Afrique n’est pas connue. Taquet et Russel (1998) et Buffetaut et Ouaja (2002) font remarquer que la succession des taxas de Spinosauridae soutient une relation d’ancêtre – descendant entre les Baryonychinae et les Spinosaurinae bien que cela ne soit démontrable. Les Spinosaurinae apparaissent en effet plus évolué que les Baryonychinae au niveau de plusieurs caractères anatomiques dont la morphologie de leur dent (Buffetaut et Ouaja, 2002). Il n’est donc pas impossible que les Spinosaurinae descendent des Baryonychinae.

L’âge du gisement de Gadoufaoua du Niger, attribués par Taquet (1970, 1976, 1980) et Sereno et al. (1998) à l’Aptien, repose, comme il a été dit au premier chapitre, sur une simple comparaison de faune avec la formation de Santana du Brésil datée de cet étage. Cependant, l’âge du gisement de Santana est fortement débattu et Pons et al. (1990) attribue plutôt cette formation à un étage plus jeune que l’Albien supérieur (probablement au Cénomanien). Si cette hypothèse est confirmée, le Baryonychinae Suchomimus tenerensis du site du Niger est présent en Afrique à la même époque que le Spinosaurinae Spinosaurus aegyptiacus et l’hypothèse du remplacement des Baryonychinae par les Spinosaurinae à la limite Albien – Aptien n’est plus vraie. Les deux sous-familles ont alors évolué de manière distincte sur un même continent à la même époque et ont très bien pu se côtoyer.

Reconstitution de l’histoire biogéographique des Spinosauridae

La relation de parenté entre Baryonychinae et Spinosaurinae à une implication sur l’histoire biogéographique des Spinosauridae. Avant la découverte de Suchomimus, la distribution géographique et les relations de parentés des Spinosauridae démontraient le cas général d’une séparation continentale durant la seconde moitié du Mésozoïque et pouvaient s’expliquer par une vicariance à large échelle. Dans cette hypothèse, la séparation entre l’espèce boréale Baryonyx et les Spinosaurinae méridionaux pouvait être attribué à l’ouverture de la mer Téthysienne entre la Laurasie et le Gondwana et la divergence des Spinosaurinae était le résultat d’une ouverture de l’Océan Atlantique entre l’Amérique du Sud et l’Afrique (Sereno et al., 1998).

Cependant, la découverte du Baryonychinae Suchomimus en Afrique durant l’Aptien compliqua ce scénario puisque la relation de parenté évidente entre Suchomimus d’Afrique et Baryonyx d’Europe va à l’encontre d’une séparation continentale à large échelle. Sereno et al. (1998) ont proposé une autre hypothèse de l’évolution biogéographique des Spinosauridae suite à cette nouvelle découverte: les Spinosauridae avaient initialement une distribution Pangéenne qui fut dissociée par l’ouverture de la Téthys; les Baryonychinae évoluèrent vers le Nord (Europe ou Eurasie) et les Spinosaurinae se diversifièrent sur le vaste continent du Gondwana. Afin d’expliquer leur existence au Niger à l’Aptien, ce scénario implique une migration et une dispersion des Baryonychinae d’Europe vers l’Afrique durant le Crétacé inférieur. Cependant, Buffetaut et Ouaja (2002) notent qu’aucun reste de Spinosaurinae n’a été trouvé en Afrique et en Amérique du Sud dans des roches plus vieilles que l’Albien et que les plus anciens restes de Spinosauridae d’Afrique (tout comme ceux d’Europe) peuvent être clairement attribués aux Baryonychinae.

D’après ces auteurs, et bien que l’absence d’autres fossiles de Spinosauridae doit être utilisé avec précaution, l’absence de Spinosaurinae avant l’Albien suggère un second scénario dans lequel les Spinosaurinae apparaissent bien au Gondwana mais pas avant l’Albien. Ceux-ci dérivent des Baryonychinae primitifs qui, quant à eux, ont pu migrer depuis le Gondwana jusqu’à la Laurasie ou encore qui ont eu originellement une distribution à travers la Pangée (dans ce dernier cas, il n’y a pas besoin de postuler un épisode de dispersion trans-Téthysienne).

La lacune entre les Baryonychinae Aptien des continents méridionaux et ceux d’Europe durant l’Hautérivien et le Barrémien supporte la première hypothèse.

Alimentation des Spinosauridae

L’alimentation des Spinosauridae est très débattue parmis les paléontologues ayant étudié ce groupe de dinosaures. Taquet (1984), sur base d’un reste de mâchoire de spinosauridae provenant du Niger, s’interroge le premier sur la nature du régime alimentaire de cette famille de dinosaures qui a développé un long museau. Il note que cette longirostrie est comparable à celle des crocodiliens et va de pair avec un régime alimentaire de type piscivore, comme c’est le cas du gavial (Gavialis gangeticus). Il conclut que rien n’interdit de supposer l’existence de dinosaures Théropodes piscivores et qu’ « il est tentant d’imaginer des dinosaures Spinosauridés pêchant le long des fleuves ou au bords des lacs à la manière des Hérons et des Cigognes ».

Le régime alimentaire de type piscivore des Spinosauridae fut suivi par Charig et Milner (1986, 1997), Buffetaut (1989), Milner (1996), Martill et al. (1996) et Sereno et al. (1998). Plusieurs aspects de la morphologie du crâne apportent des arguments convaincants à un tel régime. Les mâchoires sont longues et très étroites. La mâchoire supérieure possède une terminaison spatulée en forme de « rosette » et en vue latérale, les deux mâchoires ont une surface dentelée sigmoïde. La mâchoire supérieure possède également une dépression subrostrale. Sues et al. (2002) notent que l’existence d’une telle dépression concave de la surface dorsale de la mâchoire supérieure facilite la puissance de la morsure. Elle n’induit cependant pas un régime piscivore puisqu’elle existe chez les alligators, le dinosaure carnivore Dilophosaurus walkeri, et certains reptiles mammaliens tel que Dimetrodon. Les dents sont coniques et adaptées à la préhension des proies et les narines externes sont situées à l’extrémité antérieure du museau chez Baryonyx et Irritator. Ces particularités morphologiques, qui apparaissent distinctement chez les crocodiliens, démontrent que les Spinosauridae se nourrissaient très probablement de poissons.

Charig et Milner (1997) constatent aussi que Baryonyx n’est pas équipé pour être un super prédateur comme d’autres théropodes qui possèdent un crâne large et des mâchoires puissantes munies de dents en forme de lame de couteau capable de capturer, tuer et désarticuler des proies. Chez Baryonyx et les autres Spinosauridae, les deux branches de la mandibule sont particulièrement fines. Les dents sont légèrement compressées sur les côtés et différent ainsi de celles d’un grand dinosaure prédateur tel qu’Allosaurus. Enfin, les denticules situés sur la carène de la dent sont extrêmement fins. Cette constatation a également été faite par Sues et al. (2002) qui font remarquer que le Spinosaurinae Irritator challengeri n’est pas non plus adapté pour attraper de larges proies mais plutôt pour saisir rapidement de petits animaux.

Tout récemment, Rayfield et Milner (in press.) ont étudié la mécanique crânienne de Baryonyx et l’ont comparée à celle d’un crocodilien. Ces auteurs se sont focalisés sur le museau de cette espèce et l’on comparé à celui d’un gavial, d’un alligator et d’un théropode. Leur conclusion est que le crâne de Baryonyx, en termes d’accommodation des forces exercées sur celui-ci, se rapproche plutôt d’un gavial que d’un alligator ou d’un théropode (Rayfield, pers. commun.).

Charig et Milner (1997), dans leur article sur l’ostéologie et la paléoécologie de l’espèce Baryonyx walkeri, notent la première évidence de ce qu’avait pu manger ce dinosaure puisque qu’il fut découvert dans la région stomacale des dents et des écailles du poisson Lepidotes qui furent attaquées par des acides gastriques. Cette preuve d’une alimentation piscivore est cependant contredite par la découverte également de restes désarticulés du squelette d’un jeune ornithopode Iguanodon. Une seconde évidence de l’alimentation des spinosauridae, allant aussi à l’encontre d’un régime piscivore, est la présence d’une dent conique attribuée à un individu de cette famille enchâssée dans les vertèbres cervicales d’un ptérosaures (Buffetaut et al., 2004). Ces deux dernières découvertes démontrent que les Spinosauridés, dont la morphologie du crâne semble être fortement adaptée à un régime piscivore, devaient également se nourrir d’autres proies.

Galerie d'images

http://www.sciencemag.org/content/vol282/issue5392/images/large/se4687006003.jpeg

http://www.sciencemag.org/content/vol282/issue5392/images/medium/1276-1-med.gif


Publications

  • BUFFETAUT, E. & INGAVAT, R., 1986. Unusual theropod dinosaur teeth from the Upper Jurassic of Phu Wiang, northeastern Thailand. Revu de Paléobiologie 5 : 217-220.
  • BUFFETAUT, E. & OUAJA, M., 2002. A new specimen of Spinosaurus (Dinosauria, Theropoda) from the Lower Cretaceous of Tunisia, with remarks on the evolutionary history of the Spinosauridae. Bulletin de la Société Geologique de France. 173 (5) : 415-421. Lire en ligne
  • BUFFETAUT, E. & SUTEETHORN, V., 1998. Early Cretaceous dinosaurs from Thailand and their bearing on the early evolution and biogeographical history of some groups of Cretaceous dinosaurs; Proceedings volume for the The "Lower to "Middle" Cretaceous terrestrial ecosystems" symposium. New Mexico Museum of Natural History Bulletin 14.
  • BUFFETAUT, E., & INGAVAT, R., 1986. Unusual theropod dinosaur teeth from the Upper Jurassic of Phu Wiang, northeastern Thailand. Revue de Paléobiologie 5 p. 217-220.
  • BUFFETAUT, E., 1989a. New remains of the enigmatic dinosaur Spinosaurus from the Cretaceous of Morocco and the affinities between Spinosaurus and Baryonyx. Neues Jahrbuch für Geologie und Paläontologie, Monatshefte 2 : 79-87.
  • BUFFETAUT, E., 1989b. New remains of Spinosaurus from the Cretaceous of Morocco. Archosaurian Articulation 1 (9) : 65-68.
  • BUFFETAUT, E., 1992. Remarks on the Cretaceous theropod dinosaurs Spinosaurus and Baryonyx. Neues Jahrbuch für Geologie und Paläontologie, Monatshefte 2 : 88-96.
  • BUFFETAUT, E., MARTILL, D. & ESCUILLIE, F., 2004. Pterosaurs as part a spinosaur diet. Nature, 430 : 33.
  • BUFFETAUT, E., SUTEETHORN V. & TONG H., 2004. Asian spinosaur confirmed. SVPCA 2004.
  • CANUDO, J. I. & RUIZ-OMEÑACA, J. I., 2003. Los restos directos de dinosaurios terópodos (excluyendo Aves) en España. - In: Pérez-Lorente, F. (ed.): Dinosaurios y otros Reptiles Mesozoicos en España (IER, Ciencias de la Tierra, 26): 347–374.
  • CANUDO, J. I., GASULLA, J. M., ORTEGA, F. & RUIZ-OMEÑACA, J. I., 2004. Presencia de Baryonychinae (Theropoda) en el Aptiense inferior (Cretácico inferior) de Laurasia: Cantera Mas de la Parreta, Formación Arcillas de Morella (Morella, Castellón). - III Jornadas Internacionales sobre Palaeontología de Dinosaurios y su Entorno. Salas de los Infantes (Burgos), 16 al 18 de septiembre de 2004 : 11–12.
  • CHARIG, A.J. & MILNER A.C., 1997. Baryonyx walkeri, a fish-eating dinosaur from the Wealden of Surrey. Bull. Hist. Mus. nat., 53 : 11-70.
  • CHARIG, A.J. & MILNER, A.C. 1990. – The systematic position of Baryonyx walkeri, in the light of Gauthier’s reclass,ification of the Theropoda. In : K. CARPENTER & P.J. CURRIE, Eds, Dinosaur systematics. Approaches and perspectives. – Cambridge University Press, Cambridge : 127-140.
  • CHARIG, A.J. & MILNER, A.C., 1986. Baryonyx, a remarkable new theropod dinosaur. Nature 324 : 359-361.
  • DAL SASSO, C., MAGANUCO, S., BUFFETAUT, E. & MENDEZ, M. A., 2005. New information on the skull of the enigmatic theropod Spinosaurus, with remarks on its size and affinities. J. Vert. Palaeontol. 25 (4) : 888-896. Lire en ligne
  • HASEGAWA Y., BUFFETAUT E., MANABE M. & TAKAKUWA Y., 2003. A possible spinosaurid tooth from the Sebayashi Formation (Lower Cretaceous), Gunma, Japan. Bulletin of Gunma Museum of Natural History 7 : 1-5.
  • HASEGAWA, BUFFETAUT, MANABE & TAKAKUWA, 2003. A possible spinosaurid tooth from the Sebayashi Formation (Lower Cretaceous), Gunma, Japan. Bulletin of Gunma Museum of Natural History(7):1-5.
  • HOLTZ, T.R., Jr., 1998. Spinosaurs as crocodile mimics. Science 282 : 1276-1277.
  • KELLNER A.W.A. & CAMPOS D. de A., 1996. First Early Cretaceous theropod dinosaur from Brazil with comments on Spinosauridae. Neues Jahrbuch fuer Geologie und Palaeontologie Abhandlungen 199 (2) : 151-166.
  • KELLNER A.W.A. & MADER B.J., 1997. Archosaur teeth from the Creatceous rocks of Morocco. J. Vert. Palaeontol. 17 (3) : 62A.
  • LAPPARENT A. F. de, 1960. – Les dinosauriens du « Continental Intercalaire» du Sahara central. Mémoire de la Société géologique de France 88A : 1-56.
  • LAVOCAT, R., 1954c. Sur les dinosauriens du Continental Intercalaire des Kem-Kem de la Daoura. 19th International Geological Congress 15 : 65–68.
  • MARTILL, D. M. & HUTT. S., 1996. Possible baryonychid dinosaur teeth from the Wessex Formation (Lower Cretaceous, Barremian) of the Isle of Wight, England. Proceedings of the Geologists’ Association 107 : 81–84.
  • MARTILL, D. M. & NAISH, D., 2001. Dinosaurs of the Isle of Wight. Field Guides to Fossils, no. 10. The Palaeontological Association, London, 433 pp.
  • MARTILL, D.M., CRUICKSHANK, A. R. I., FREY, E., SMALL, P. G. & CLARKE, M., 1996. A new crested maniraptoran dinosaur from the Santana Formation (Lower Cretaceous) of Brazil. Journal of the Geological Society of London 153 : 5-8.
  • RAUHUT, O. W. M., 2003. The interrelationships and evolution of basal theropod dinosaurs. Special Papers in Palaeontology 69 : 1-213.
  • RUIZ-OMEÑACA, J. I., CANUDO, J. I. & CUENCA-BESCÓS, G., 1998. Primera cita de dinosaurios barinonícidos (Saurischia: Theropoda) en el Barremiense superior (Cretácico Inferior) de Vallipón (Castellote, Teruel). Mas de las Matas, 17: 201–223.
  • RUIZ-OMEÑACA, J. I., CANUDO, J. I., CRUZADO-CABALLERO, P., INFANTE, P. & MORENO-AZANZA, M., 2005. Baryonychine teeth (Theropoda: Spinosauridae) from the Lower Cretaceous of La Cantalera (Josa, NE Spain). Darmstädter Beiträge zur Naturgeschichte Heft 14 : 59–63. Lire en ligne
  • RUSSELL, D. A., 1996. Isolated dinosaur bones from the Middle Cretaceous of the Tafilalt, Morocco. Bulletin du Muséum national d'Histoire naturelle (4e série) 18 : 349-402.
  • SERENO, P. C., BECK, A.L., DUTHEIL, D.B., GADO, B., LARSSON, H.C.E., LYON, G. H., MARCOT, J.D., RAUHUT, O.W.M., SADLEIR, R.W., SIDOR, C.A., VARRICCHIO, D.D.,WILSON, G.P. & WILSON, J.A., 1998. A long-snouted predatory dinosaur from Africa and the evolution of spinosaurids. Science 282 : 1298–1302. Lire en ligne
  • SERENO, P.C., WILSON J.A., LARSSON H.C.E., DUTHEIL D.B. & SUES H.-D., 1994. Early Cretaceous dinosaurs from the Sahara. Science 266 : 267-271.
  • SIDLEIR, 1998. Theropod teeth from the Cretaceous of Morocco. J. Vert. Palaeontol. 18 (3) : 74A.
  • SMITH, J. B., LAMANNA, M. C., MAYR, H. & LACOVARA, K. J., 2006. New information regarding the holotype of Spinosaurus aegyptiacus Stromer, 1915. J. Palaeontol. 80 (2) : 400-406. Lire en ligne
  • STROMER, E. 1915. Ergebnisse der Forschungsreisen Prof. E. Stromers in den Wüsten Agyptens. II. Wirbeltier-Reste der Baharîje-Stufe (unterstes Cenoman). 3. Das Original des Theropoden Spinosaurus aegyptiacus nov. gen., nov. spec. Abhandlungen der Königlich Bayerischen Akademie der Wissenschaften, Mathematisch-Physikalische Klasse 28 (3) : 1–32.
  • STROMER, E., 1936. Ergebnisse der Forschungsreisen Prof. E. Stromers in den Wüsten Ägyptens.VII. Baharîje-Kessel und –Stufe mit deren Fauna und Flora. Eine ergänzende Zusammenfassung. Abh. Bayer. Akad. Wiss. Math. Naturwiss. Abt. 33 : 1-102.
  • SUES, H.-D., FREY, E., MARTILL, D. M. & SCOTT, D. M., 2002. Irritator challengeri, a spinosaurid (Dinosauria: Theropoda) from the Lower Cretaceous of Brazil. J. Vert. Palaeontol. 22 (3) : 535-547.
  • TAQUET, P. & RUSSELL, D. A., 1998. New data on spinosaurid dinosaurs from the Early Cretaceous of the Sahara. Compte Rendus de l’Académie des Sciences, Sciences de la terre et des planètes 327 : 347-353.
  • TAQUET, P. 1984. Une curieuse spécialisation du crâne de certains Dinosaures carnivores du Crétacé : le museau long et étroit des Spinosauridés. Comptes Rendus de l’Académie des Sciences, Paris Série II 299 : 217–222.
  • TORCIDA FERNÁNDEZ, F., IZQUIERDO MONTERO, L.A., HUERTA HURTADO, P., MONTERO HUERTA, D. & PÉREZ MARTÍNEZ, G., 2003. Dientes de dinosaurios (Theropoda, Sauropoda), en el Cretácico Inferior de Burgos (España). - In: Pérez-Lorente, F. (ed.): Dinosaurios y otros Reptiles Mesozoicos en España (IER, Ciencias de la Tierra, 26) : 335–346.
  • TORCIDA, F., FUENTES, C., IZQUIERDO, L.A., MONTERO D. & URIEN V., 1997. Dientes de dinosaurios teropodos (cf. Baryonyx) en el Weald de Burgos (España). Stud. Geol. Salamant. 33 : 59-65.
  • VIERA, L. I., & TORRES, J. A., 1995. Presencia de Baryonyx walkeri (Saurischia, Theropoda) en el Weald de La Rioja (Espana). Nota previa. Munibe, Ciencias Naturales 47 : 57–61.

Liens complémentaires

Sous-catégories

Cette catégorie comprend les 2 sous-catégories, dont les 2 ci-dessous.

B

S