Paléoanthropologie

1 246 posts 0 lien

Forum dédié aux origines de l'homme

Re: Découvertes récentes sur Néanderthal

Posté par , le 4 010

Citation de Phiphi: Je suis toujours à la recherche d'articles donnant des preuves formelles que nous ne descendons pas de Néanderthal

Si tu veux trouver la preuve que Homo neanderthalensis est l'ancêtre de nôtre espèce, c'est pas pour tout de suite car, en paléontologie et phylogénie, lorsqu'on dît qu'une espèce à des relations de parenté avec avec une autre, cela ne veut pas dire qu'elle est l'ancêtre ou le décendant, mais qu'elle sont plus proche que les autres.

Re: Découvertes récentes sur Néanderthal

Posté par , le 4 017

Citation de Webmaster:
Ainsi, on peut mettre en évidence que nous partageons 1 à 4% de notre génome (populations non africaines) avec ce lointain cousin. Cela démontre qu'il y a pu y avoir une hybridation à plusieurs reprises entre sapiens et néandertal (ils ont cohabité pendant 10 000 ans), mais qu'elle a eu lieu de façon limitée, ce qui plaide en faveur de 2 espèces distinctes.


Il est frappant de remarquer que la comparaison entre le génome de Néanderthal et celui d'Homo Sapiens n'a pas été faite, dans cette étude, avec des spécimens anciens d'Homo Sapiens mais avec nos contemporains ! La même comparaison avec des Homo Sapiens de 30 ou 40000 ans n'aurait-elle pas donné un pourcentage nettement plus important ?

Je suis toujours à la recherche d'articles donnant des preuves formelles que nous ne descendons pas de Néanderthal car cette hypothèse, autrefois défendue, n'est plus en odeur de sainteté sans que je comprenne pourquoi !

Pourquoi ne pas admettre que ces populations anciennes présentaient une très forte diversité et que des spécimens de 40000 ans que nous attribuons tantôt à Néanderthal, tantôt à Homo Sapiens n'étaient que des représentants d'une seule espèce très diverse génétiquement !

Quand les différents crânes du site de Dmanisi, tous de la même époque (-1,8Ma), ont été découverts, ils présentaient une telle diversité que les chercheurs voulaient les attribuer à des espèces différentes ! Cela montre que la diversité des très anciennes populations était bien plus importante qu'aujourd'hui !

Re: Découvertes récentes sur Néanderthal

Posté par , le 5 087

En France, il est possible de visiter des sites historiques liés à Néanderthal, notamment à la Chapelle-Aux-Saints, avec son Musée de l'Homme de Néandertal.

Ce que j'aime bien avec Néandertal, c'est qu'on a un exemple d'espèce qui avait un plus gros cerveau que nous (en moyenne). Un bon exemple qui permet de relativiser bien des choses et qui permet de montrer que l'évolution n'est pas une marche vers le progrès, avec comme apothéose l'espèce humaine si parfaite, contrairement à ce que beaucoup de personnes imaginent.

Un exemple d'articles publiés cette année sur le sujet:
- Dans nos gènes, lesquels nous viennent de Neandertal?

- L'homme de Neandertal, cet artiste méconnu

- L'apparition des caractères propres aux hommes de neandertal ne peut être corrélée à une adaptation au froid

- Des traces d'un enfant néandertalien dévoré par un rapace géant

- L'homme de Néandertal avait des mains de dentellière

- Néandertal n'aurait pas copié sur Cro-Magnon

Enfin, on termine avec un ouvrage de référence (620 pages): Neandertal de A à Z - Marylène Patou-Mathis - Allary Editions

Re: Découvertes récentes sur Néanderthal

Posté par , le 5 108

Pour poursuivre avec l'ADN de Néandertal, l'équipe de Svante Pääbo a publié cette année une découverte intéressante. Mais pour cela, il faut revenir un peu en arrière.

En effet, dans une grotte appelée Denisova, dans les montagnes de l'Altaï en Sibérie, ont été retrouvés en 2008 des ossements humains: quelques dents et fragments d'une phalange d'auriculaire. L'occupation humaine de cette grotte a pu être datée entre 30 000 et 48 000 ans, au paléolithique.
Jusqu'à présent ces restes pouvaient être attribués à deux espèces pouvant se trouver logiquement en Sibérie à cette époque: Homo sapiens ou Homo neanderthalensis.
Les scientifiques ne possédaient pas assez de données pour attribuer cette phalange d'enfant (environ 7 ans) à l'une ou l'autre espèce.

L'équipe de Svante Pääbo a réussi à séquencer l'ADN mitochondrial de cette phalange et surprise: cet enfant n'appartient à aucune espèce connue à ce jour... C'est la première fois qu'un généticien identifiait un nouvel hominidé.
Les quelques restes de cet hominidé ne permettent pas de déterminer son aspect et son squelette. Cependant, les éléments dentaires et auriculaires montrent que l’espèce était très robuste, certainement plus proche du physique néandertalien que celui d’Homo sapiens. Ceci dit, on ne peut pas encore affirmer s'il s'agit d'une espèce à part ou d'une population isolée.

Quelques études génétiques plus tard, la place de cet Homme de Denisova se précise. Une des hypothèses place Homo heidelbergensis à l’origine des hommes modernes (Homo sapiens), des Homo néandertalensis et des Hommes de Denisova: il y a 300 000 à 400 000 ans, un groupe ancestral d’Homo heidelbergensis quitte l'Afrique et se sépare en 3 populations peu après. Une branche se dirige et s’installe en Europe de l’ouest et deviendra les néandertaliens. Un autre groupe part à l’est et formera les Denisoviens. Quant aux Homo heidelbergensis restés en Afrique il vont évoluer vers Homo sapiens et quitter ce continent il y a 60 000 ans, ce qui donne cet arbre de parenté:



Et cette année, une nouvelle découverte vient d'être annoncée: l'analyse génétique d'un fragment osseux (Denisova 11) de cette même grotte démontre que l'individu auquel il appartenait (une adolescente d'au moins 13 ans, vivant il y a plus de 50 000 ans) a eu comme mère une Néandertalienne et comme père un Dénisovien...
Cet ADN a également révélé que sa mère était génétiquement plus proche d’une population de Néandertaliens qui avaient vécu en Europe occidentale que ceux qui avait vécu dans la grotte de Denisova à l’est quelque 20 000 ans plus tôt. Cela indique que les Néandertaliens migraient à travers l’Europe des dizaines de milliers d’années avant de disparaître. Du côté de son père, on peut également montrer qu'il avait au moins un ancêtre néandertalien.

Bref, l'étude de l'ADN fossile est très riche de renseignements et ça ne fait que commencer.

Pour en savoir plus (articles en français):
- Mixité préhistorique : Il y a 50 000 ans , ce petit morceau d’os appartenait à une enfant issue de la relation entre deux espèces d’hominidés éteintes

- Les humains et les néanderthaliens se seraient “mélangés” beaucoup plus tôt que prévu

- Teint de la peau, cholestérol, arthrite, schizophrénie… l’héritage génétique laissé par les néanderthaliens


----------
Edité le 27/10/2018 à 18:38 par Webmaster

Découvertes récentes sur Néanderthal

Posté par , le 5 112

Suite à une discussion récente, je vous propose de récapituler ici les découvertes de ces dernières années sur l'Homme de Néandertal.

A Paris, une exposition temporaire est en cours au musée de l'Homme: Néandertal L'Expo et un podcast a été réalisé avec Slate.fr: Néandertal, l'enquête

On peut dire que de nombreuses recherches sont menées sur les hommes préhistoriques, mais dans le cas de Néandertal, les données paléontologiques ont été complétées par les premiers résultats sur le génome de Néandertal (données de paléogénomique).

C'est l'équipe de Svante Pääbo qui est la pionnière dans ce domaine. Il a d'ailleurs écrit un livre récemment, traduit en français, Néandertal : A la recherche des génomes perdus

Pour faire simple, cette équipe a travaillé à isoler et séquencer le génome de fossiles de Néandertal.
Les premiers résultats ont été obtenus avec de l'ADN mitochondrial et depuis 2010, c'est l'ADN nucléaire qui a été publié quasiment en intégralité (et en libre accès): A Draft Sequence of the Neandertal Genome

Ainsi, on peut mettre en évidence que nous partageons 1 à 4% de notre génome (populations non africaines) avec ce lointain cousin. Cela démontre qu'il y a pu y avoir une hybridation à plusieurs reprises entre sapiens et néandertal (ils ont cohabité pendant 10 000 ans), mais qu'elle a eu lieu de façon limitée, ce qui plaide en faveur de 2 espèces distinctes.
L'hybridation n'était pas formelle avec les preuves fossiles, certains squelettes semblaient hybrides, mais la plupart montraient des caractères bien séparés.
Et les premiers résultats de paléogénomique (sur de l'ADN mitochondrial) ne plaidaient pas non plus en faveur d'une hybridation puisque les séquences trouvées n'étaient connues chez aucun de nos contemporains.

De plus, le fait que les populations africaines ne partagent aucun de ces fragments d'ADN néandertalien en commun confirme dans les grandes lignes le modèle de migration des espèces: Néandertal était en Europe et au Moyen-Orient au moment où des populations de Sapiens ont migré vers le nord à partir d'Afrique; les populations de sapiens restées en Afrique ne se sont donc pas hybridées avec Néandertal, au contraire des sapiens qui ont remonté vers le nord et qui ont ensuite migré sur tout le reste de la surface de la Terre.
 

1 585 1 Posté par Troodon,

29 534 63 Posté par Nicolas, Dernière réponse: Gigy,

4 391 3 Posté par Lolo, Dernière réponse: Croc en stock,

12 766 10 Posté par Djenaba, Dernière réponse: Naldo,

Liste des modérateurs de ce forum