Une hypothese surprenante

Discussion: 11 266 10 Dernière réponse

Posté par

Cachés dans les cellules cérébrales, les bornavirus perturberaient l'action des neurones au point de declencher certains cas de bipolarité, d'otisme, de depression ou de schizophrénie.
Les bornavirus ( borna est une ville de saxe ou des cheveaux furent touché) ne s'attaque ( en principe) exclusivement aux animaux.
Les bornavirus ne detruisent pas les neurones mais ils perturbent leur activité

source: science et vie n°1066

Posté par

Mai oui c'est cela donc, on attribue encore une fois une cause bactérienne à quelque chose de purement psychologique!

Posté par

Gigy, pourquoi ces troubles seraient ils uniquement psychologiques ?

Posté par

Je retourne la question, pourquoi ces troubles seraient ils uniquement physiologique. c'est tout ce que l'on a récolté avec la psychanalise au 20 ème siècle plus personne ne crois en la psychologie comme discipline de recherche, on la crois aux mains de charlatans. il est temps que cela cesse.
C'est tellement vrai que il est maintenant de très mauvais ton de parler de sujets comme l'allergie ou des troubles nerveux graves en des termes psychologiques pourtant même si affections ont des implications pysiologiques elles ont probablement (d'après les chercheurs en psychologie du 19 ème siècle, les derniers vrais, après ce seront de gourous!) une origine psychologique et seraient due à des problèmes de tension psychologiques ou a des phénomènes ou épiphénomènes plus graves comme des psychasténies ou des dissocciations.
Certes le physiologiques influence le psychologique mais dans des proportions qui sont très difficilement mesurables!
La tendance aujourd'hui est de dire l'allopathie peut tout traiter, pourtant si tous les allergologues savent réduires les effets physiologiques des allergies ils n'en comprennent pas les mécanismes qui sont d'origines psychologiques!
On peut agir sur les effet mais plus personne ne sait agir sur la cause!

Posté par

En fait, je ne voulais pas dire que ces problèmes sont uniquement physiologiques, je pensais plutôt à un phénomène de résonance entre la partie psychologique et la partie physiologique. Et c'est pour cela que je ne comprenais pas ta réponse. Pourquoi une bactérie ne pourrait elle pas être un catalyseur pour ces maladies ?

Posté par

Un catalyseur peut être pas mais y jouer un rôle mineur peut être!

Posté par

Les douves modifient bien le comportement d'organismes tels les fourmis, alors pourquoi ne serions nous pas sujet à ce genre d'organismes?

Et les prédispositions génétiques? Ok pour la psychologie, mais on sait maintenant qu'une surcharge de certains neurotransmetteurs peut entraîner la schizophrénie et d'autres maladies mentales...

Posté par

Dans l'étude dont il est question, il n'est pas question de dire que toutes les affections psychologiques sont d'origines microbiennes !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Non, il est juste question de dire que ça existe, et que ça arrive. Et que les microbes et autres miasmes peuvent à l'origine de certains troubles. PEUVENT, et pas SONT !

Posté par

C'est ce que je marque juste au dessus. Les troubles psychologique pour un même résultat, peuvent etre liés à différentes choses ... parasites (pourquoi pas), prédispositions génétiques, réels cas psychologiques...

Posté par

Je voulais juste faire cette précision sur l'article... plutôt que sur le débat qui commençait à vous animer. S'étriper sur un article, c'est bien, mais c'est mieux en ayant toutes les directions dudit article ! ... avant de jeter la pierre sur ces chercheurs, il vaut mieux avoir l'ensemble des données. Donc le fait que pour ces chercheurs les bornavirus sont une donnée parmi d'autres ayant des répercussions sur la psychologie de tout un chacun. Et a fortiori, le fait que ces chercheurs ne mettent pas les problèmes psychologique au seul cédit des bornavirus.

Sur ce, vous pouvez encore débattre, mais pas sur le dos de ces chercheurs. Les pauvres.